A quoi ressemblait Jules César ? Son visage révélé en 3D

Sciences

SCIENCES – A quoi Jules César pouvait-il ressembler ? Deux chercheurs néerlandais ont répondu à cette question en réalisant un portrait hyper réaliste du conquérant. Présenté le 22 juin au Musée National des antiquités de Leyde, aux Pays-Bas, et visible jusqu’en août, le visage de l’Empereur romain le plus connu de l’Antiquité a de quoi surprendre.

Petits yeux marrons rapprochés, tempes dégarnies, crâne surdimensionné. Jules César n’avait pas le physique le plus gracieux de l’Antiquité. C’est ce qui apparaît à travers le travail de deux chercheurs néerlandais qui ont reconstitué un buste en 3D du chef politique et militaire. A découvrir jusqu'en août au Musée National des antiquités aux Pays-Bas.

L’idée vient de Tom Buijtendorp. Ecrivain et archéologue, il a voulu redonner vie à ce grand personnage de l’histoire à l’occasion de la sortie de son livre "César aux Pays-Bas". Idée matérialisée par Maja d’Hollosoy, archéologue et anthropologue spécialisée dans la réalisation de reconstruction de visages. 

La reconstitution a été effectuée à partir de deux portraits. Le premier est issu de la collection du Musée National des antiquités de Leyde et le deuxième est le buste de Tusculum, exposé au Musée Archéologique de Turin, et dont la particularité est d’être l’un des portraits réalisé du vivant de César. Il est d’ailleurs considéré par les historiens comme le plus fidèle. Pour compléter le tout, des pièces de monnaie de la Rome Antique ont été utilisées, notamment pour le bout du nez et le menton, endommagés sur les sculptures. 

César amoché par le portrait

Si la reconstitution en argile et silicone a d’abord une visée scientifique, elle suscite quelques moqueries. Et de ce fait : Julius Caius Caesar apparaît particulièrement enlaidi. Le plus marquant est son crâne hypertrophié et dégarni. Si l’on pourrait croire au résultat d’un accouchement difficile, ce n’est probablement pas le cas. Car à l’époque, en -100 avant Jésus-Christ, la césarienne n’était réalisée que chez des mères déjà décédées. Ce qui n’est pas le cas d’Aurelia Cotta, la mère de César, qui, selon plusieurs témoignages, aurait vu son fils grandir. 

Pour un bon nombre de spécialistes, ce bombement crânien pourrait tout simplement être une malformation d’origine naturelle. Le débat reste ouvert. Reste que le chef romain semblait mal supporter ce désagrément, qu’il cachait à tout prix. Comme le relate Suétone dans la biographie Vie des Douze Césars, à propos de Jules César : "De tous les honneurs que lui décernèrent le peuple et le sénat, aucun ne lui fut plus agréable que le droit de porter toujours une couronne de laurier." De quoi faire perdre un peu de sa superbe à ce grand conquérant. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter