A votre avis, ces chats sont-ils réels ? Bienvenue dans le monde du World Wide Fake

A votre avis, ces chats sont-ils réels ? Bienvenue dans le monde du World Wide Fake
Sciences

Toute L'info sur

Jusqu'où ira l'intelligence artificielle ?

FAUSSAIRES - Des sites web permettent aujourd'hui à quiconque de créer facilement de toutes pièces des photos de visages de chat ou de personnes qui ne sont pas réels, en utilisant des technologies d'intelligence artificielle. Leur but : éduquer le grand public aux progrès de l'IA dans la manipulation d'images.

Sur le Web, démêler le vrai du faux est devenu un sport de combat. Les chats qui apparaissent ci-dessus n’ont ainsi rien de réel : ils ont été générés par une intelligence artificielle (IA). Cette mosaïque de portraits provient du site TheseCatsDoNotExist.com, littéralement "Ces chats n’existent pas", dernier exemple en date de ces plateformes créant de fausses images.

Ces têtes de chats sont en effet l’œuvre d’un logiciel libre baptisé StyleGAN, un outil créé par Nvidia, une société américaine spécialisée dans les cartes graphiques pour jeux vidéo et qui travaille désormais à l’entraînement des algorithmes d'IA. En jargon technologique, on parle de "réseau adverses génératifs" (GAN, pour "generative adversarial networks" en anglais), une classe d’algorithmes qui fonctionnent par apprentissage automatique.

Lire aussi

Des images plus vraies que nature

Plus concrètement, comment fonctionne cette technologie  ? Dans le cas présent, un premier programme tente de créer des images à partir de données brutes. Ensuite, un deuxième logiciel examine ces images et décide si elles sont réalistes ou non. Si le résultat n’est pas satisfaisant, le premier algorithme recommence. Si le résultat est satisfaisant, il est alors informé qu’il est sur la bonne voie. Ce jeu de chat et de la souris entre les deux programmes va permettre d’améliorer le résultat et d’obtenir des photos crédibles.

Ainsi, pour créer l'image ci-dessous, le logiciel de Nvidia a effectué pas moins de 10 millions de retouches sur une période de dix-huit jours. Et le résultat, au bout du compte, est assez bluffant.

Ce tour de passe-passe peut se décliner à l’infini : que ce soit pour générer des visages humains (ThisPersonDoesNotExist.com), des photos d’appartement (ThisRentalDoesNotExist.com) ou des personnages de manga (ThisWaifuDoesNotExist.net). A chaque fois que vous rafraîchissez la page web, un nouveau cliché apparaît. Ludiques de prime abord, ces sites web ont pour but en réalité d'éduquer le grand public aux progrès de l'intelligence artificielle dans la manipulation d'images.

La plateforme Generated Photos va encore plus loin en proposant à l'utilisateur d'indiquer un certain nombre de critères (sexe, âge, humeur, etc.) avant de générer un visage. Quand on y regarde de plus près, l’œil perçoit ici et là des petits défauts. Mais le résultat demeure malgré tout de bonne facture. Pour s'en rendre compte, le site WhichFaceIsReal vous propose une sorte de quiz. Et, comme on peut le voir dans l'exemple ci-dessous, il n'est pas toujours simple de démêler le vrai du faux.  

L'ère du faux ne fait que commencer

Plus globalement, ces outils d'intelligence artificielle progressent dans la manipulation des images. Et le "deep fake", la version la plus aboutie de cette technologie, est maintenant capable d'imiter le visage ou la voix d'une vraie personne, potentiellement à des fins de nuisance ou de propagande.  Donald Trump et Barack Obama ont ainsi chacun été l’objet de ce type de manipulation. L'an dernier, un groupe de chercheurs de l'Université de Washington a par exemple fait la une des journaux en élaborant un système faisant réciter un texte absurde à l'ancien président des Etats-Unis.

En vidéo

Les "deep fake", des vidéos truquées très réalistes

Plus récemment, une autre séquence, créée de toutes pièces par deux artistes, a fait tenir au patron de Facebook des propos qu’il n’a jamais prononcés. "Quiconque contrôle les données a le contrôle du futur", lance Mark Zuckerberg dans cette vidéo truquée, diffusée en juin dernier sur le réseau social Instagram. Certes, le réalisme des "deep fakes" est encore perfectible, mais ses progrès fulgurants laissent entrevoir un avenir où il deviendra possible à quiconque de reproduire la réalité.... et de la déformer. A une époque où l'on s'inquiète de la prolifération des "fake news", comment se préparer à l'ère des fausses personnes ?

En podcast

Tous nos podcasts sont à écouter ici.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent