50 ans après les premiers pas d'Armstrong sur la Lune, le "moon hoax" a encore de nombreux adeptes

Sciences

Toute L'info sur

La Lune avant Mars : la conquête spatiale redécolle

THÉORIE DU COMPLOT - Les théories niant la réalité des expéditions lunaires ont connu un certain succès dans les années 70. Mais alors que l'on célèbre le cinquantenaire de la mission Apollo XI du 21 juillet 1969, le "moon hoax" a encore de nombreux adeptes.

"Les Américains n’ont jamais marché sur la Lune". Depuis les années 70, la théorie du "canular lunaire" ("moon hoax", en anglais) continue de se propager. Internet lui donne aujourd'hui un nouvel écho. En effet, de nombreux sites entretiennent ainsi, avec un certain succès, l'idée que le programme Apollo n'a été qu'une fiction montée de toutes pièces par les Etats-Unis pour "gagner" la course à l'espace contre l'Union soviétique.


Près d’un demi-siècle après l’événement en question, une enquête de la Fondation Jean-Jaurès a d'ailleurs montré il y a quelques mois que 16 % des Français soutenait encore que la Nasa a fabriqué des fausses preuves et de fausses images de l’atterrissage de la mission Apollo XI et des premiers pas de Neil Armstrong le 21 juillet 1969.

Le point de départ de cette théorie du complot ? En 1974, deux ans après la fin du programme lunaire américain, l'écrivain Bill Kaysing publie Nous ne sommes jamais allés sur la Lune : l'escroquerie américaine à trente milliards de dollars. Il y relève, selon lui, de nombreuses "incohérences" sur les images de la Nasa. Le drapeau américain qui flotte dans le vent, alors que la Lune n'a pas d'atmosphère, l'absence d'étoiles dans le ciel ou encore des engins spatiaux qui se posent sans former de cratères sur le sol...


Des observations simples qui le conduisent à prétendre que ces images ont été tournées dans une base militaire secrète, installée dans le désert du Nevada, avec des effets spéciaux d'Hollywood, comme ceux du film 2001 : l'Odyssée de l'espace, de Stanley Kubrick sorti en 1968 - que l'auteur soupçonne d'ailleurs d'avoir collaboré avec la Nasa.

En 2002, l'agence spatiale américaine a finalement répliqué en commandant un livre réfutant point par point les arguments des théoriciens du complot, avant d'y renoncer pour ne pas donner trop de crédit aux attaques. Elle a préféré se concentrer sur quelques points. Parmi eux : si les étoiles n'apparaissent pas sur les images du ciel lunaire (photo ci-dessus), c'est qu'il est difficile de capter sur le même cliché des éléments très brillants et d'autres très faiblement lumineux. Quant au drapeau, il "flotte" tout simplement parce qu'il était pourvu d'une tige horizontale rigide (photo ci-dessous)

Enfin, pour ce qui est de l'absence de cratère d'impact ou de fumée (photo ci-dessous) lorsque le module redécolle de la Lune, l'explication est simple, là encore. Le sol lunaire se compose d'une couche d'une vingtaine de centimètres de régolithe, une très fine poussière produite par l'impact incessant des météorites. Cependant, sur la Lune, il n'y a aucun déplacement d'air, donc les seules choses qui bougent sont celles avec lesquelles on interagit directement.


De ce fait, la poussée du module n'a mis en mouvement que la poussière qu'elle a atteinte directement. Or, comme le réacteur a été coupé juste avant de toucher le sol par souci de stabilité, la poussière déplacée est retombée immédiatement.

Les échantillons lunaires, une preuve irréfutable

Ce sont les échantillons de sol lunaire qui fournissent l'argument le plus fort. David McKay, directeur de recherches au Johnson Space Center de la Nasa, rappelle que ces roches ont été analysées par des scientifiques du monde entier, et pas seulement ceux l'agence spatiale américaine. "Les échantillons lunaires sont absolument uniques, très différents des roches terrestres, explique-t-il. En effet, ils sont criblés de petits cratères causés par des impacts de météorites. Cela ne peut arriver qu'à des pierres provenant d'une planète avec peu ou pas d'atmosphère, comme la Lune."

L'hypothèse de la mise en scène est en réalité si invraisemblable que même l'Union soviétique ne l'a jamais avancée. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter