Phrase choc sur la mer et le Sahara : "Sarkozy n'a pas compris le bon paramètre"

DirectLCI
DÉSINTOX - Sur France 2 jeudi soir, Nicolas Sarkozy a remis en cause le réchauffement climatique, en affirmant notamment qu'il suffisait que la "planète change d’axe d’un demi-degré face au soleil et vous avez le Sahara, qui était une mer ou une forêt, qui devient un désert". LCI a demandé à une climatologue si cette phrase était scientifiquement correcte ou erronée.

Il lui a fallu deux phrases pour fâcher les climatologues. En affirmant mercredi que "l’homme n’est pas le seul responsable" du changement climatique, Nicolas Sarkozy avait déjà déclenché une première levée de boucliers des scientifiques. Interrogé jeudi soir sur France 2, l’ancien président de la République a récidivé en approfondissant ses propos, notamment avec la phrase suivante : "Il suffit que la planète change d’axe d’un demi degré face au soleil et vous avez le Sahara, qui était une mer ou une forêt, qui devient un désert", a-t-il affirmé. Une déclaration qui sonne comme un écho au mouvement climatosceptique grandissant.

En vidéo

Nicolas Sarkozy est-il devenu climatosceptique ?

Pour le candidat à la primaire de droite, le réchauffement climatique résulterait ainsi d’une conséquence plus globale que la seule action de l’homme. Et donc que l’augmentation des températures pourrait se stopper d’elle-même. "Cela est possible, mais à l’échelle de dizaines de milliers d’années", explique à LCI Valérie Masson-Delmotte, paléoclimatologue membre du Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat). "Je ne vois pas quel est l’intérêt sur un mandat de cinq ans", ajoute-t-elle.


Pour elle comme pour ses collègues, l’urgence climatique est un enjeu d’actualité et il est impensable d’attendre une possible modification du processus à très long terme. "Oui, l’axe de la terre s’est modifié, oui, le climat a changé, mais il (Nicolas Sarkozy) n’a pas compris le bon paramètre. Tout cela s’est produit sur des milliers d’années, il n’y a aucun rapport avec ce qui est en train de se passer aujourd’hui".

"Il annonce des choses scientifiquement incorrectes"

"C’est un marchand de doutes, il détourne l’attention", pointe encore Valérie Masson-Delmotte. "C’est quelqu’un d’intelligent, c’est un choix délibéré. On peut se demander pourquoi il choisit de nier. Moi, je ne sais pas". 


Ce virage climatosceptique de l’ancien chef de l’Etat surprend et inquiète les climatologues. Avec la crainte de voir une partie de la population remettre en cause leurs recherches. "Il met en doute un constat partagé par tous les scientifiques de la planète et annonce des choses qui sont, elles, scientifiquement incorrectes", conclut Valérie Masson-Delmotte.

En vidéo

Stéphane Le Foll appelle Sarkozy à"un peu de cohérence" après ses propos climato-sceptiques

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter