Vénus au plus près de la Terre ce week-end : voici comment l'observer

Sciences
LA TÊTE DANS LES ETOILES - Vous l’avez peut-être déjà remarqué, depuis quelques semaines, dès que le Soleil se couche, un point particulièrement lumineux scintille dans le ciel. C'est la planète Vénus. Entre le 17 et le 20 février, sa luminosité sera même à son apogée. On vous explique pourquoi.

Les astronomes amateurs seront à la fête ce week-end. Notre voisine Vénus se rapproche de la Terre, à raison de 1,1 million de kilomètres par jour. Et cette proximité exceptionnelle va nous permettre de la voir plus lumineuse que jamais jusqu'au lundi 20 février.

Pourquoi un tel phénomène ?

L'explication est simple et elle nous est donnée par l'astrophysicien Francis Rocard, responsable des programmes d'exploration du système solaire au Centre national d’études spatiales (CNES) : "Vénus est la seconde planète la plus proche du Soleil à 108 millions de kilomètres contre 150 millions pour la Terre. Elle gravite alors plus rapidement et rattrape inéluctablement la Terre. C’est ce qui se passe en ce moment. Vénus se rapproche de notre planète jusqu’au 25 mars où elle se situera à seulement 42 millions de kilomètres. Ce rapprochement a une conséquence immédiate : l’éclat de Vénus augmente de façon spectaculaire (voir ci-dessus le timelapse réalisé par un astronome amateur, Guillaume Cannat, auteur du blog "Autour du ciel"). Un phénomène que l'on peut observer tous les six mois le soir dans le ciel". 

Le 25 mars, Vénus devrait apparaître plus brillante encore. Eh bien non, sa luminosité va décroître. Pourquoi ?

Selon Francis Rocard, à cette date, où elle sera donc au plus près de la Terre, Vénus va s'aligner avec le Soleil et la partie éclairée que nous voyons depuis notre planète va diminuer. Ainsi, après le 20 février, Vénus va devenir un fin croissant et sera du coup beaucoup moins brillante.

A quel moment peut-on observer Vénus ?

Dans notre ciel, Vénus suit ou précède de près le Soleil. Elle n'est donc visible que le soir à l’ouest. "En gros, du coucher du Soleil jusqu'à 22h", nous explique Francis Rocard. Ou le matin à l’est : "Cette fois, c'est avant le lever du Soleil, de 4h à 8h actuellement".


Et pour les plus passionnés, vous pouvez vérifier la position de Vénus à tout moment sur le site www.stelvision.com/carte-ciel/

Où peut-on le mieux observer Vénus ?

A moins que vous ne vous rendiez dans les régions polaires australes, où Vénus se situe sous l'horizon et disparait, cette planète est actuellement visible de partout. "L'idéal", pour notre astrophysicien, "c'est de se trouver au niveau de l'Equateur". Mais pas la peine de se précipiter pour prendre un billet d'avion, on la voit très bien de France, que vous soyez en ville ou en pleine nature. Cerise sur le gâteau, l'observation de Vénus ne nécessite aucun instrument, ni jumelles, ni télescope. Il suffit juste de lever les yeux au ciel. Et de ne pas avoir de nuages. 


A l’œil nu, son aspect est celui d’une étoile, même s’il s’agit bien d’une planète : "car contrairement aux étoiles qui émettent leur propre lumière, Vénus réfléchit la lumière du Soleil grâce notamment à ses nombreux nuages blancs qui recouvrent sa surface", comme nous l'indique Francis Rocard. 

Au fait, pourquoi appelle-t-on Vénus "l'Etoile du Berger" puisque c'est une planète ?

"Vénus brille si fort que c'est le premier point lumineux, après la Lune, à apparaître dans le ciel après le coucher du Soleil", explique Francis Rocard. "Elle indiquait ainsi aux bergers de l'Antiquité qu'il était l'heure de rentrer leur troupeau".


"Autre lieu commun : on dit souvent que Vénus est la soeur jumelle de la Terre", ajoute l'astrophysicien. "Les deux planètes ont approximativement la même masse et quasiment la même taille mais la ressemblance s'arrête là. Pour le reste c'est une planète infernale". Voyez plutôt : la température y est en moyenne de 460°C "en raison d'un intense effet de serre", sa pression athmosphérique est "93 fois plus élevée que sur Terre" et son atmosphère est "un mélange de gaz carbonique agrémenté d'acide sulfurique". "En gros, si vous laissiez tomber un clou, il serait dissout en quelques mois", s'amuse Francis Rocard, qui comme tous les planétologues est un peu frustré. "Vénus est une planète ingrate", explique-t-il. "Et pourtant, il faudrait qu'on puisse davantage l'étudier car, en terme de réchauffement climatique, les conditions extrêmes observées sur Vénus pourrait bien un jour être les-même sur Terre".

En vidéo

La planète Jupiter comme vous ne l’avez jamais vue

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter