Bientôt le premier bébé "extraterrestre" ? Une startup dit vouloir faire accoucher une femme dans l'espace

Sciences

INSOLITE - L’idée d'enfanter à bord d'un vaisseau spatial vous tente ? Ça tombe bien, car des scientifiques travaillant pour le compte de l’entreprise SpaceLife Origin recherchent des volontaires. Reste à voir si l'idée est vraiment sérieuse.

Un accouchement dans l’espace, à 400 kilomètres au-dessus du plancher des vaches, dans un environnement en micro-gravité, l’idée peut sembler saugrenue. C’est pourtant l’ambition de la startup SpaceLife Origin, basée aux Pays-Bas, qui recherche justement des volontaires. La jeune pousse prévoit d’envoyer une femme enceinte à bord d’une capsule spatiale, accompagnée d’une équipe médicale de renommée mondiale, pour donner naissance au tout premier bébé extraterrestre connu de l’histoire de l'humanité.

La mission durerait de 24 à 36 heures. "Un processus soigneusement préparé et surveillé réduira tous les risques possibles (…) pour la mère et l’enfant", fait valoir SpaceLife Origin sur son site internet, précisant que des tests préliminaires sont déjà en cours. La société assure qu'une équipe de scientifiques planche actuellement sur la mise au point d’un "incubateur d’embryons spatial" qui sera envoyé dans l’espace pour la transplantation des ovules et du sperme humains à l’horizon 2021.

Suite de l'expérience : une fois là-haut, les ovules seront fécondés. Puis, au bout de quatre jours, l’incubateur retournera sur Terre où les ovules fécondés seront inséminés artificiellement chez des femmes volontaires. A l’issue de cette phase d’expérimentation, l’entreprise envisage d’envoyer en 2024 une ou plusieurs femmes pour enfanter la première forme de vie connue née dans l’espace, relève le site américain The Atlantic.  

Une telle entreprise soulève, bien évidemment, de nombreuses questions. La première est peut-être : pourquoi ? Egbert Edelbroek, l'un des porte-paroles de la société, a déclaré que l'accouchement spatial faisait partie de la création d'une police d'assurance pour l'espèce humaine. Si une catastrophe devait rendre la Terre invivable – à cause du réchauffement climatique, par exemple -, il espère que l'espèce humaine quittera le monde et s'installera ailleurs.  

En vue de coloniser des mondes lointains

Donner naissance dans l’espace, en vue donc de coloniser d’autres planètes. Non pas pour les visiter mais bel et bien pour s’y établir. Grosso modo, le concept : où qu’ils atterrissent, des humains planteront des graines, construiront des maisons et fonderont des familles. On n’imagine des enfants en bas âges, vêtus de combinaisons spatiales et de réserves d’oxygène, qui gambadent au milieu les plaintes désertiques baignant sous le ciel rouge de Mars. Par chance, nous en sommes encore très loin…

Tout d’abord, parce nous ne disposons pas encore des technologies nécessaires pour  envoyer des astronautes à des millions de kilomètres de la Terre. Ensuite, d’un point de vue purement médical, de nombreux obstacles restent à surmonter.

Lire aussi

Se reproduire dans l'espace, est-ce dangereux ?

A l’heure actuelle, il existe peu de documentation dans la littérature scientifique pour nous guider sur ce qui peut se passer lorsqu’une femme accouche dans un environnement en micro-gravité, tel qu’un vaisseau spatial. Des expériences sur la reproduction ont été menées dans l’espace, mais elles se sont limitées à quelques mammifères : des souris, des poissons, des lézards et aussi des cafards.

Dans les années 1990, des souris gravides (comprenez, qui portent un embryon ou un fœtus) ont mis bas après avoir séjourné une semaine dans l’espace à bord de la navette spatiale américaine. Chacun des rongeurs était né avec un système vestibulaire déficient, notamment au niveau de la structure de l'oreille interne qui permet aux mammifères de s'équilibrer et de s'orienter. Et même si les mammifères ont récupéré toutes leurs facultés au bout de quelques jours, les scientifiques sont tous arrivés à la même conclusion : la gravité est indispensable pour les nourrissons.

Et si tout cela n'était qu'une supercherie ?

Les trois principaux employés nommés sur le site internet de la société sont des dirigeants d'entreprise n'ayant aucune expérience en médecine ou en vol spatial, y compris Edelbroek, décrit dans sa biographie comme un "serial entrepeneur". Ce dernier affirme que son intérêt découle en partie de son expérience de donneur de sperme, qui l'a amené à engendrer plusieurs enfants et à en apprendre davantage sur les techniques de fécondation in vitro. La société SpaceLife Origin prétend avoir rencontré les dirigeants de plusieurs entreprises privées spécialisées dans les vols spatiaux, ainsi que des personnes qui se disent prêtes à payer pour cela. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter