Boire pour oublier ? Au contraire, l'alcool favoriserait la mémorisation

Sciences

SANTÉ - Une récente étude scientifique, publiée dans la revue Nature, vient bouleverser une idée reçue sur l'alcool : boire permettrait d'avoir un meilleur souvenir des événements de la veille.

Boire pour oublier est décidemment une mauvaise idée. Au-delà des effets néfastes sur la santé, l'alcool permettrait en effet en réalité de mieux se souvenir. Incroyable ? C'est pourtant ce que révèle une récente étude menée conjointement par des chercheurs anglais et espagnols.

Pour réaliser cette expérience (hautement) scientifique, 88 personnes -31 hommes et 57 femmes de 18 à 53 ans- qui ont pour habitude de boire en société avec des amis ("social drinker") ont été soumises à des tests utilisant leur mémoire. L'un de ces tests consistait en l'apprentissage de mots nouveaux, des mots inspirés de mots réels mais avec des lettres supplémentaires. Par exemple "frenzylk", proche de frenzy (frénésie en français). En fin de journée, les scientifiques ont demandé à la moitié du groupe de ne pas boire une goutte jusqu'au lendemain, tandis que les autres pouvaient "picoler"autant qu'ils le souhaitaient.

Les meilleurs résultats pour ceux qui avaient le plus bu !

Le jour suivant, rebelote, ils ont dû réaliser ces mêmes tests de mémoire. Résultat : les personnes ayant bu de l'alcool ont alors enregistré de meilleurs scores que la veille, contrairement au groupe sobre qui a "stagné". Plus surprenant encore, les personnes qui avaient ingurgité le plus d'alcool étaient celles dont la mémoire fonctionnait le mieux.

"Notre recherche a non seulement démontré que ceux qui avaient bu de l'alcool faisaient mieux lorsqu'ils ont dû se remémorer les nouveaux mots appris, mais que cet effet était encore plus important pour ceux qui avaient bu le plus", a ainsi détaillé le professeur Celia Morgan du centre de recherche sur l'addiction de l'université de Exeter (Royaume-Uni).

En vidéo

Traitement de l’alcoolisme : faut-il limiter l’utilisation du Baclofène ?

Lire aussi

Temps de latence

L'étude a toutefois révélé qu'il fallait un temps de latence après l'absorption d'alcool. Cette mémoire accrue n'était pas véridique quand les tests étaient très rapprochés de la prise d'alcool. En réalité, les chercheurs pensent que l'alcool empêche l'apprentissage de nouvelles informations (cela n'étonnera personne), ce qui permet au cerveau de consolider celles apprises la veille. "La théorie est que l'hippocampe, la zone du cerveau qui joue un rôle central pour la mémoire, remplace la mémoire de court terme en mémoire de long terme" explique le professeur Morgqn.

Des études similaires avaient déjà été réalisées en laboratoire. Dans l'actuelle recherche effectuée au domicile des cobayes, comme dans les précédentes en centres, les résultats restent identiques. A chaque fois cependant, les populations concernées ne sont pas alcooliques. Que les choses soient claires : boire d'accord, mais avec modération.

Il y a quelques mois, une autre étude révélait que l'alcool avait permis l'accélération de l'évolution de l'Homme. Décidément...

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter