Ce sera la dernière de l'année : une super-Lune trônera dans le ciel nocturne ce jeudi

Ce sera la dernière de l'année : une super-Lune trônera dans le ciel nocturne ce jeudi
Sciences

VOÛTE CÉLESTE - On utilise ce terme lorsque la pleine Lune coïncide avec le passage de notre satellite au plus près de la Terre, la rendant ainsi un peu plus imposante qu'à l'ordinaire dans le ciel. Un spectacle que vous pourrez admirer dans la nuit du 7 au 8 mai.

Jeudi soir, une super-Lune trônera majestueusement dans le ciel étoilé. En regardant par la fenêtre ou depuis votre jardin, confinement oblige, le disque lunaire apparaîtra alors un peu plus gros et brillant que lors d'une pleine Lune classique. En principe, on considère que son disque est alors environ 14% plus grand et 30% plus brillant. A l’œil nu, la différence sera à peine perceptible. En utilisant des jumelles ou un petit télescope, ce spectacle céleste sera de fait bien plus saisissant. De quoi égayer en tout cas un peu votre quotidien en cette période difficile. 

Pour entrer dans la catégorie "super-Lune", la sœur jumelle de la Terre doit être à la fois dans sa phase pleine et à son périgée, c’est-à-dire au moment où elle passe au plus près de notre planète. De fait, nous l'avons tous appris à l'école, la Lune effectue le tour de la Terre en 29,5 jours. Ce qu’on sait moins, c’est que l’orbite qu’elle décrit autour de notre planète n’est pas un cercle parfait (on dit qu’elle est elliptique). Par conséquent, la distance qui sépare la Terre et la Lune oscille entre 356.410 kilomètres et 406.740 kilomètres (le point de son orbite le plus éloigné de la Terre, qu’on appelle l’apogée). 

Lire aussi

Le terme "super-Lune" a été inventé en 1979 par Richard Nolle, un astrologue et non pas un astronome. Même si la Nasa l'a admis depuis longtemps, il continue néanmoins de faire débat au sein de la communauté des astronomes. Selon la définition admise par l'agence spatiale américaine, l’appellation "super-Lune" s’applique quand la distance entre la Terre et sa petite sœur est inférieure à 363.000 kilomètres. 

Jeudi 7 mai, à 12h45 pétantes (heure de Paris), le satellite naturel de notre planète entrera dans sa phase pleine. Quelques heures plus tard, à la nuit tombée (aux alentours de 21h15), il se trouvera alors à seulement 362.800 kilomètres de nous, d'après les calculs du site Heavens-above.com. Cette super-Lune sera la dernière de l'année, après celles du 9 mars et du 7 avril. Pour en voir une nouvelle, il faudra patienter jusqu'au 27 avril 2021. 

En vidéo

EXPLORE - Les mers lunaires, c'est quoi ?

Une bonne occasion pour contempler les mers lunaires

Toute l'info sur

Coronavirus : comment bien occuper son temps en période de confinement

Ainsi, si le ciel est suffisamment dégagé, il sera possible d'admirer les fameuses mers lunaires. En période de pleine Lune, on les distingue aisément à l’œil nu depuis la Terre. En dépit de leur appellation, elles n’ont jamais abrité d’eau. Ces immenses tâches, de couleur sombre, sont en fait de vastes plaines de roches basaltiques, qui couvrent près du tiers de la surface visible de la Lune. Ces immenses bassins sont en fait les reliquats des flots de lave qui se trouvaient à la surface du satellite naturel de la Terre au début de la formation du Système solaire, il y a 4,5 milliards d'années. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent