Comprendre les animaux, grâce à un traducteur ? Ce sera possible d'ici 10 ans, estime Amazon

Sciences

WAOUF - Dans une étude commandée par Amazon, un futurologue prédit que la technologie nous permettant de traduire le langage des animaux verra le jour d'ici 10 ans. Pour une raison toute simple : le marché serait bien trop juteux pour que les experts ne s'activent pas dans ce domaine. Vraiment ?

Même si certains maîtres affirment qu'ils comprennent parfaitement leur animal et peuvent dialoguer avec eux, pour le moment, l'être humain n'est pas capable de parler le chien ou le chat. Nous n'avons en tout cas pas encore de dictionnaire permettant de comprendre la langue commune d'une quelconque espèce animale. Mais les choses pourraient évoluer. C'est en tout cas ce que révèle une étude, commandée par le géant du web Amazon et déterrée par le journal the Guardian.

Le futurologue en charge de cette étude, Will Higham, prédit ainsi que des traducteurs débarqueront sur le marché d'ici une dizaine d'années. Ambitieux ? Réaliste, répond-il. Pour justifier ses dires, il s'appuie sur le travail de Con Slobodchikoff, professeur en biologie à l'Université Northern Arizona. Ce dernier a étudié pendant trente ans les chiens de prairie. Ne vous y méprenez pas, il ne s'agit pas de chiens mais de ... rongeurs. Grâce à un logiciel d'intelligence artificielle, il a pu mettre à jour "un système de communication sophistiqué qui présente tous les aspects d'un langage". Ces petites bêtes auraient ainsi "des mots pour différentes espèces de prédateurs et (pourraient) décrire les couleurs des vêtements d'un humain ou le pelage de coyotes." Le biologiste est persuadé qu'il en est de même pour les autres animaux. Fabriquer des traducteurs seraient donc bel et bien envisageable. Et dans un premier temps, des traducteurs pour les chiens et les chats. Tout simplement, parce que l'argent nécessaire pour des recherches dans ce domaine serait bien plus facile à trouver. 

Les produits innovants qui réussissent sont fondés sur les besoins réels et principaux des consommateurs.- Will Higham, futurologue

"Il y a énormément de personnes qui adoreraient discuter avec leur chien ou leur chat ou, tout du moins, comprendre ce qu'il essayent de dire", analyse Con Slobodchikoff. "Beaucoup de gens aiment parler à leur chien et partager leurs plus grands secrets." Et d'ironiser : "avec les chats, je ne suis pas sûr de ce qu'ils voudraient dire. Souvent ce serait 'Toi l'idiot, nourris moi et laisse moi tranquille !'".

Un argument financier qui persuade facilement Will Higham : "les produits innovants qui réussissent sont fondés sur les besoins réels et principaux des consommateurs", estime-t-il. Et "la quantité d’argent désormais consacrée aux animaux de compagnie (...) signifie qu’il y a une grande demande des consommateurs dans ce sens."  Business is business.

Un projet plus qu'incertain

Avant de vous réjouir, il faut tout de même savoir que tous les spécialistes ne sont pas aussi optimistes. Et oui, désolé... . Juliane Kaminski, doctorante en psychologie à l’Université de Portsmouth, est justement une spécialiste des intéractions entre les humains et les chiens. Et selon elle, leur manière de communiquer ne peut être assimilée à un langage "au sens scientifique" : "ils donnent des signaux rudimentaires de ce qu'ils veulent ou de ce qu'ils ressentent". Par exemple une queue tournée vers la droite serait un signe positif et inversement. Les aboiements peuvent également être interprétés : jeu, agression, manque, mais même ceux qui ne possèdent pas de chiens sont souvent capables de les discerner. Un traducteur ne serait donc pas d'une grande utilité.

Si Amazon a mis sur pied cette étude, c'est peut être tout simplement pour créer une demande et une attente. Le géant du web a d'ailleurs déjà mis en vente un premier outil qui traduit la voix humaine en 25 miaulements.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter