Dans son livre posthume, Stephen Hawking prédit un futur où la sélection génétique mènerait l'humanité à son extinction

Sciences
DirectLCI
DYSTOPIE - L'astrophysicien britannique Stephen Hawking, dont un livre posthume paraît ce mercredi, met en garde l'humanité face aux projets promettant d’augmenter nos capacités.

Les ultimes réflexions de l'un des plus grands esprits de notre temps. Dans un livre posthume, Brèves réponses aux grandes questions (Editions Odile Jacob), disponible depuis ce mercredi en librairie, l'astrophysicien britannique Stephen Hawking, décédé le 14 mars à l'âge de 76 ans, partage ses inquiétudes face aux projets promettant d'augmentant nos capacités. 


"Nous entrons dans une nouvelle ère de ce que l’on pourrait appeler une évolution auto-conçue, dans laquelle nous pourrons changer et améliorer notre ADN. Nous savons maintenant cartographier l’ADN, ce qui signifie que nous avons lu ‘le livre de la vie’. Nous pouvons alors commencer à effectuer des corrections", écrit le scientifique.

Il y aura des conflits politiques importants avec les humains non améliorés, qui ne seront pas en mesure de rivaliserL'astrophycisien britannique Stephen Hawking

"Je suis persuadé qu’au cours de ce siècle, les gens découvriront comment modifier à la fois l’intelligence et les instincts tels que l’agressivité, prédit notamment l'astrophycisien. Des lois vont probablement être adoptées contre le génie génétique chez l’homme. Mais certaines personnes ne pourront résister à la tentation d’améliorer les caractéristiques humaines, telles que la taille de la mémoire, la résistance aux maladies et la durée de la vie".


Sauf que, selon lui, ces modifications physiologiques auront un coût important et seules les personnes fortunées seront en mesure d’en bénéficier. "Une fois que de tels surhumains apparaîtront, il y aura des conflits politiques importants avec les humains non améliorés, qui ne seront pas en mesure de rivaliser, craint Hawking. Vraisemblablement, ils mourront ou deviendront sans importance. Au lieu de cela, il y aura une race d’êtres autoproclamés qui s’améliorent à un rythme toujours croissant".

Les scientifiques appellent à la prudence

Les craintes du scientifique font notamment écho à la découverte des ciseaux moléculaires "CRISPR-Cas9". Cet outil révolutionnaire, mis au point en 2012, permet de cibler une séquence d’ADN, de la découper et de la remplacer, ou non, par la séquence de son choix. Ce que l’on appelle "éditer le génome". Ce nouveau procédé permet, en effet, de modifier le génome de tous les êtres vivants, aussi bien dans les domaines végétal, animal qu’humain.

En vidéo

Génétique : Crispr-Cas9, une technique révolutionnaire mais controversée

Le risque de dérives est pris au sérieux par la communauté scientifique internationale, qui s'était d'ailleurs réunie lors d’un sommet international sur la question à Washington fin 2015. Les recherches sur l’édition du génome y avaient été justifiées, à condition qu’elles n’aboutissent pas à la conception ou à la naissance de bébés génétiquement modifiés, ce type de projet étant jugé "irresponsable".


Interrogé cette semaine par le Guardian, le professeur d’astronomie Lord Rees, un ami proche de Hawking à l'Université de Cambridge mais avec lequel il était souvent en désaccord, rappelle que dans les années 1980, déjà, le milliardaire Robert Graham voulait congeler le sperme des Prix Nobel. La banque de spermatozoïdes avait fermé, faute de demande, à la fin des années 1990. "Ce n'est pas parce que vous choisissez un donneur du programme doctorat que votre enfant deviendra un docteur dans son domaine. Il n'y a pas de garantie. La génétique joue un rôle dans l'intelligence. Mais les capacités de l'enfant doivent être stimulées et nourries par son environnement", souligne-t-il. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter