De l'Antiquité à nos jours, le Grand Palais nous montre comment la Lune inspire les artistes

Sciences

Toute L'info sur

La Lune avant Mars : la conquête spatiale redécolle

REPORTAGE - A l’occasion des 50 ans du premier pas de l’Homme sur la Lune, le Grand Palais dépeint, dans une exposition anniversaire qui se tient jusqu'au 22 juillet, la manière dont le monde de l'art déclame son amour pour l’astre nocturne. Nous sommes allés nous promener dans les allées.

Depuis la nuit des temps, l'astre lunaire a été une source d’inspiration pour les artistes. Encore aujourd'hui, la fille probable de la Terre, un temps éclipsée par Mars, continue de fasciner et de faire rêver, comme en témoignent la multiplication des missions d'exploration ces dernières années et l'engouement du grand public pour ses ballets nocturnes lors des éclipses. A l’occasion du cinquantenaire des premiers pas de l'Homme sur la Lune (c'était le 21 juillet 1969 !), le Grand Palais invite le public à explorer à son tour cet astre mythique.

Pour cette exposition anniversaire, qui se tient jusqu’au 22 juillet, le grand musée parisien expose près de 200 œuvres d’art : des sculptures, des peintures, des installations et des photographies, qui témoignent, chacune à sa manière, du pouvoir d’attraction du satellite naturel de la Terre. Le penseur grec Lucien de Samosate fut, au IIe siècle après J.-C., le premier à raconter un voyage sur la Lune. Marquant ainsi le début d'une longue lignée de récits fantasques, allant de Dante à Edmond Rostand en passant Jules Verne, jusqu'aux films de Georges Méliès, Fritz Lang ou Kentridge, dont l’exposition diffuse des extraits.

Lire aussi

Tout au long du parcours, surgissant de nulle part, des œuvres contemporaines se mêlent ici et là au décor, dans une atmosphère à fois sombre et glaciale. Pour ainsi dire lunatique. A l'instar de ce grand disque de sol lunaire de l’artiste roumain Mircea Canto, recréé avec sa surface bosselée et grise marquée de la fameuse empreinte de Buzz Aldrin, l'acolyte de Neil Armstrong. D'autres, comme la fusée rose de la plasticienne Sylvie Fleury, qui dénonce l’appropriation par les hommes de la conquête spatiale, sont même très politiques. 

La visite se poursuit avec un focus sur l'astre en tant que sujet d'étude scientifique. Une brève histoire de son observation, d'Aristote à Galilée, à travers des ouvrages, des objets et des cartes. L’occasion d'admirer, pour la première fois en France, le tout premier dessin d’une Lune observée à la lunette, réalisé en 1609 par Thomas Harriot et qui précéda de quelques mois les sublimes gravures du savant  italien. Dans les salles suivantes, l'exposition propose au visiteur d'explorer les mythes et les croyances suscités par l’astre nocturne à travers les toiles d’artistes comme Marc Chagall, Edgar Degas ou encore Salvador Dali.

Entre romances amoureuses et angoisses morbides

Une voyage contemplatif entre romances amoureuses et angoisses morbides, au cours duquel la Lune revêt différents visages. Tantôt bienveillante, tantôt source de tourments. Certains artistes vont jusqu'à lui attribuer un corps : celui d’une femme le plus souvent, quelquefois celui d’un homme. A l’instar de l’admirable sculpture d’Antonio Canova, un berger endormi sous le regard de la déesse de la Lune, œuvre sur laquelle s’achève l’exposition.

Un événement culturel à ne pas rater, d'autant qu'une partie des œuvres ne sera plus exposée dans capitale avant un bon moment. Seul bémol : le parcours est relativement complexe à appréhender pour le jeune public. Un jeune public qui ne retrouvera d'ailleurs pas l'un de ses héros préférés, en l'occurrence Tintin, dont le célèbre voyage de 1952 - 17 ans avant les astronautes d'Apollo XI- est absent. 

L’exposition "La Lune : du voyage réel aux voyages imaginaires" se tient jusqu’au 22 juillet 2019 au Grand Palais à Paris.

Horaires d’ouverture : lundi, jeudi, vendredi, samedi et dimanche de 10h à 20h. Le mercredi de 10h à 22h. Prix du billet : 14 euros (plein tarif), 10 euros (tarif réduit), 38 euros (4 personnes dont 2 jeunes de 16-25 ans).

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter