Comment les éclipses font-elles progresser la science ?

DirectLCI
SOLEIL - Ce lundi une éclipse traversera une bonne partie des Etats-Unis. En France, elle sera visible dans les territoires d'Outre-mer mais aussi à Quimper. Pour les scientifiques, une éclipse totale est aussi l’occasion de mieux observer la couronne solaire. Explications.

Cela faisait 99 ans que les Etats-Unis n'avaient pas connu d'éclipse solaire totale. Ce lundi, pendant 93 minutes, des millions de curieux mais aussi des scientifiques vont avoir les yeux tournés vers le ciel. Car si ce spectacle émeut à travers le globe, c'est aussi l'occasion pour les scientifiques d'aiguiser leurs compétences. 


Grâce à l’étendue de territoires habités qu’elle couvrira, il s'agit tout simplment de l’éclipse qui générera le plus d’images et de données de toute l’Histoire. Une aubaine pour les scientifiques pour auront ensuite tout loisir d'étudier cette masse d'informations. Cette éclipse solaire leur permettra aussi d'observer de plus près la couronne solaire, c’est-à-dire la haute atmosphère du Soleil qui est habituellement invisible et qui s’étend sur plusieurs millions de kilomètres. 

Mieux comprendre le magnétisme de la couronne solaire

Comprendre la façon dont le Soleil vit et comment les éruptions solaires se produisent peut aider à mieux protéger les astronautes dans l’espace et les réseaux électriques sur Terre. En outre, observer ce phénomène depuis la Terre, et non depuis l’espace comme c’est le cas le plus souvent, permettra de récolter beaucoup plus de données. Cela devrait permettre de mieux comprendre le magnétisme de la couronne solaire et sa structure thermale.


Car, depuis le 19e siècle, l'observation des éclipses a permis de faire progresser la science. En 1842, l'astronome anglais Francis Baily découvre que la couronne est bien solaire et non lunaire comme on le pensait jusqu'alors. Vingt-six ans plus tard, le Français Jules Janssen et l'Anglais Norman Lockyer découvrent presque simultanément l'existence de l'hélium, un élément chimique jusqu'alors inconnu, en observant une éclipse au moyen d'un spectroscope.

En mai 1919, une éclipse a confirmé une théorie Einstein

Le 29 mai 1919, une longue éclipse de Soleil (7 minutes) a "permis de confirmer" les prédictions d'Albert Einstein sur la relativité générale formulée quatre ans plus tôt, souligne Pascal Descamps de l'Observatoire de Paris. Celle-ci prédit la déviation des rayons lumineux au voisinage d'une masse importante comme celle du Soleil. "C'est la notion de courbure de l'espace-temps", ajoute l'astronome.


A l'occasion de l'éclipse de ce lundi soir, l'astrophysicien britannique Arthur Eddington a envoyé ses équipes au Brésil et sur l'île africaine de Principe pour mesurer la position des étoiles qui apparaissaient tout près du disque solaire au moment de son obscurcissement. Eddington a ensuite comparé ces données avec celles fournies par des photos de ces étoiles prises au préalable. Il a pu observer un "écart" qui montrait qu'il y avait bien une déviation du rayon lumineux, l'espace étant courbé par la masse du Soleil comme prédit par Einstein.

Plus d'articles

Sur le même sujet