Einstein avait bien raison : deux trous noirs ont de nouveau fait trembler la Terre

Sciences
DirectLCI
EURÊKA - Une équipe scientifique internationale a annoncé jeudi avoir de nouveau détecté des ondes gravitationnelles, c'est-à-dire la collision de deux immenses trous noirs. Il s'agit de la troisième observation de ces vibrations de l'univers prédites par la théorie de la relativité générale d'Albert Einstein en 1916.

Einstein avait, encore une fois, tout deviné avant tout le monde. Le détecteur américain Ligo a en effet répertorié ce jeudi un phénomène rare d'une puissance difficile à imaginer : la collision de deux trous noirs, qui finissent par fusionner entre eux en absorbant une force gigantesque. Le tout provoque une "onde gravitationnelle". A savoir une sorte d'ondulation de l'espace que les capteurs peuvent ressentir. 


Pour donner une idée concrête de cette manifestation abstraite et surtout de l'énergie perdue dans l'impact, c'est comme si deux soleils disparaissaient brutalement.

De plus en plus de certitudes

C'est la troisième fois que ce phénomène d'observation d’une paire de trous noirs orbitant l’un autour de l’autre se produit. Cela confirme une fois de plus la théorie de la relativité générale et vérifie aussi la présence des ondes gravitationnelles, émises par Einstein en 1916. 


On s'en souvient, la toute première détection directe de ces ondes résultant de légères perturbations de la trame de l'espace-temps sous l'effet du déplacement d'un objet massif -un peu comme un poids déforme un filet- avait été annoncée le 11 février 2016.  Cet événement historique, après 40 ans d'efforts, a ouvert une nouvelle fenêtre en astronomie qui permet de faire avancer la compréhension des mystères du cosmos. Cette nouvelle détection s'ajoute à une seconde observation le 15 juin 2016. 


A chaque fois, les ondes gravitationnelles observées ont été générées par la collision entre deux trous noirs pour en former un plus massif, jusqu'à 62 fois la masse de notre soleil. En dépit de la distance extrême de l'événement (trois millions d'années-lumière), l'onde de choc a été telle que des capteurs l'ont enregistrée.

Preuve indirecte connue en 1974

Auparavant, les scientifiques pensaient que les trous noirs pouvaient atteindre une masse équivalente à 20 fois celle de notre soleil. L’existence de trous noirs aussi massifs, déformant ainsi l'univers, était, donc ignorée.


Des décennies plus tôt, en 1974, une preuve indirecte des ondes gravitationnelles avait été établie par la découverte d'un pulsar et d'une étoile à neutron tournant l'un autour de l'autre à très grande vitesse par Russel Hulse et Joseph Taylor. Cette découverte leur avait d'ailleurs valu le prix Nobel de physique en 1993.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter