Elle se trouve à "seulement" 100 années-lumière de nous : voici "TOI 700 d", une exoplanète similaire à la Terre

La planète TOI 700 d se situe à 100 années-lumière de nous.
Sciences

COSMOS - TESS, le chasseur d’exoplanètes de la Nasa, a découvert trois nouvelles planètes, dont l’une est potentiellement habitable, autour d’une étoile. A l'échelle de la galaxie, ce sont des voisines de la Terre. Le hic, c’est qu’elles se trouvent à 946.000 milliards de kilomètres. Bref, vous l'aurez compris, on ne va pas y aller demain !

Et de une ! TESS, le chasseur d’exoplanètes de l’agence spatiale américaine, a débusqué sa première "Terre bis" à la périphérie de notre Système solaire. L’astre, baptisé "TOI 700 d", tourne autour d’une étoile - son soleil - à une distance ni trop proche ni trop éloignée, une condition sine qua non pour que de l'eau liquide y soit présente, en théorie. Ce monde exotique est relativement proche de nous : environ cent années-lumière, selon les calculs du Jet Propulsion Laboratory de la Nasa. A l’échelle de la galaxie, TOI 700 d  est donc une voisine.

Ira-t-on un jour sur place ? Rien n’est moins sûr. Sachant qu’une année-lumière équivaut à environ 9.460 milliards de kilomètres, il faudrait en effet plusieurs centaines de milliers d’années pour atteindre cette planète en voyageant à bord de New Horizons, le vaisseau spatial le plus rapide jamais construit par l’Homme et dont la vitesse de croisière atteinte pourtant 14,3 kilomètres par seconde. Evidemment, nous n’avons pas (encore) les moyens techniques pour maintenir des astronautes en vie pour un voyage qui durerait plusieurs générations.

A quoi ressemble la surface de cet astre ?

Dans le détail, le télescope spatial TESS (pour Transiting Exoplant Survey Satellite) n'a pas découvert une mais trois planètes autour de l'étoile TOI 700 (les deux autres ont été nommées TOI 700 b et c). Néanmoins, seule la "d" est dans la zone dite habitable. Elle mesure presque la taille de la Terre (20% de plus) et effectue le tour de son étoile en 37 jours. Elle reçoit 86% de l'énergie fournie par le Soleil à la Terre, détaille la Nasa dans son communiqué

De quoi est-elle faite ? Les chercheurs ont généré des modèles à partir de la taille et du type de l'étoile, afin de prédire la composition de son atmosphère et sa température de surface. L'une des simulations, explique la Nasa, est une planète couverte par des océans avec "une atmosphère dense et dominée par le dioxyde de carbone, similaire à ce à quoi Mars ressemblait quand elle était jeune, selon les suppositions des scientifiques". Une face de cette planète fait également toujours face à son étoile, comme c'est le cas de la Lune avec la Terre, un phénomène appelé rotation synchrone. Cette face serait constamment couverte de nuages, selon ce modèle. Une autre simulation prédit une version de la Terre sans océans, où les vents souffleraient de la face cachée vers la face éclairée. De multiples astronomes vont désormais observer la planète avec d'autres instruments, obtenant de nouvelles données qui correspondront peut-être à l'un des modèles prédits par la Nasa.

En vidéo

TESS : le chasseur d'exoplanètes de la Nasa prêt à débusquer une Terre bis

Lire aussi

Ce n’est pas la première fois que les astronomes découvrent une "Terre bis" aux confins de notre galaxie, mais c’est la première pour TESS. Le télescope, en service depuis l’été dernier, a pourtant bien failli manqué sa cible. Par chance,  plusieurs astronomes amateurs, dont un lycéen américain du nom d'Alton Spencer, ont découvert une erreur de classification initiale, ce qui a permis de comprendre la vraie nature du système. La découverte a ensuite été confirmée par le télescope spatial Spitzer, qui utilise le rayonnement infrarouge.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent