Des coraux en caoutchouc implantés en mer Méditerranée pour lutter contre l'érosion des récifs

Sciences
DirectLCI
ENVIRONNEMENT - Depuis un mois, 90 coraux en caoutchouc sont implantés en mer Méditerranée. L'expérience, menée par des scientifiques britanniques, vise à lutter contre l'érosion des récifs due à l'acidification de l'eau.

Si vous faites de la plongée en Méditerranée cet été, vous risquez de tomber sur de bien étranges algues. Pour lutter contre l’érosion des fonds marins, des scientifiques britanniques ont développé de petites algues en caoutchouc. D’un diamètre de 10 centimètres, elles imitent les algues corallines - ou coraux - Ellisolandia elongata, "particulièrement importantes au niveau écologique dans les régions peu profondes et tempérées, explique l’une des chercheuses, Frederica Ragazzola. Ce sont des ingénieures de l’écosystème, procurant des habitats pour d’innombrables petits invertébrés et des abris protégeant des stresses physiques tels que l’action des vagues".


Au total, 90 petits coraux en caoutchouc ont été installés en mer Méditerranée le mois dernier dans le Golfe de la Spezia, au nord-ouest de l’Italie, rapporte le New Scientist. Le but ? Protéger les espèces qui vivent dans et de ces coraux, menacés par l’acidification des océans. Recouvertes de calcaire, tout comme les récifs qui les abritent, les Ellisolandia elongata se dissolvent lorsque le PH de l'eau est trop bas, entraînant dans le même temps la mort des coraux et de tout l'écosystème qu'ils portent. Ici, les fausses algues pourraient continuer d’héberger faune et flore, et ainsi lutter contre l'acidification. 

Des résultats déjà positifs

Quatre semaines seulement après leur implantation, les résultats sont déjà positifs. Les chercheurs ont relevé la présence de biofilms - de fines couches de fluide visqueux produites par des bactéries et des microalgues - sur les feuilles artificielles. Une preuve du début de la colonisation de ces habitats artificiels par de micro-organismes. "Après un an, vous devriez commencer à voir quelques-unes des espèces, des crustacées et des vers, aussi bien que des micro-organismes invisibles à l'œil  nu, s'établir sur les imitations, tout comme le début de la couverture de l'algue coralline", prédit Frederica Ragazzola.

En vidéo

Seychelles : une nurserie pour les coraux

Dans onze mois, les scientifiques prélèveront les algues artificielles et leurs nouveaux locataires pour les analyser en laboratoire afin d'étudier les effets d'une augmentation de l'acidité sur leur santé. Ils seront exposés aux scénarios de changement climatique prévus pour 2100 par le groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat. A terme, les chercheurs espèrent créer des récifs artificiels en plastique biodégradable qui, en disparaissant, ne laisserait que la structure naturelle du corail en place.

Au début du mois, des chercheurs de l'Institut de recherche pour le développement de Nouméa, en Nouvelle Calédonie, annoncaient avoir découvert des "super coraux" capables de résister à un environnement extrême. Une quarantaine d'espèces capable de se développer dans de l'eau acide, chaude et pauvre en oxygène a été identifiée. Un espoir pour repeupler les récifs coralliens de notre planète. Mais selon les scientifiques, cette découverte miracle ne doit pas faire oublier la menace des changements climatiques sur les coraux.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter