La sonde Hayabusa-2 a rendez-vous le 27 juin avec l’astéroïde Ryugu

La sonde Hayabusa-2 a rendez-vous le 27 juin avec l’astéroïde Ryugu

Sciences
ESPACE - La sonde japonaise Hayabusa-2 s'approche à vitesse grand V de l'astéroïde Ryugu. Après sa mise en orbite, le 27 juin prochain, l'engin sera chargé d'effectuer des prélèvements sur l'astre. Les astronomes espèrent ainsi en savoir plus sur la formation des planètes et de notre soleil.

La mission n’est pas inédite, elle pourrait néanmoins nous apporter des réponses sur la formation de notre galaxie. La sonde Hayabusa-2 ("faucon-pèlerin" en japonais) est désormais toute proche de l’astéroïde Ryugu. Ce gros caillou d'environ 900 mètres de diamètre, situé à quelque 300 millions de kilomètres de la Terre, intrigue les astronomes depuis longtemps. Manifestement très riche en carbone et en matières hydratées, la composition de Ryugu pourrait refléter les composants primordiaux des planètes et du soleil lui-même.  L'occasion d'en savoir plus sur l'origine de notre galaxie.

Le rendez-vous entre Hayabusa-2 et Ryugu est prévu pour le 27 juin

L’engin, lancé en 2014 par l'Agence spatiale japonaise (Jaxa), a déjà son objectif en ligne de mire. "Hayabusa-2 a pris une image de Ryugu à 920 km de distance et nous commençons à apercevoir sa forme", a annoncé la Jaxa dans un tweet publié le 14 juin dernier. "Et il ressemble… à une sorte de dango !", ajoute-t-elle, en référence à une préparation culinaire sucrée très prisée au Japon, à base d'eau et de riz gluant ayant une forme de toupie. Une série d’images, postée le 16 juin dernier, offre une  vue de l’astéroïde à une distance de 700 km. Le rendez-vous entre Hayabusa-2 et Ryugu est prévu pour le 27 juin, indique l'Agence spatiale japonaise sur son site internet

En quoi consiste la mission de Ryugu ?

Une fois qu’il aura atteint sa proie, le "faucon" se placera en orbite et commencera à étudier minutieusement la composition et la topographie de Ryugu. Le but : déterminer les meilleurs sites pour effectuer ses prélèvements. "La première phase de collecte – il y en aura trois en tout – devrait débuter à la mi-octobre, afin de grappiller cette fois-ci plusieurs milligrammes de matière.


Ensuite, la sonde japonaise larguera à la surface du corps rocheux un robot nommé Minerva-2 et un analyseur autonome qui porte le nom de Mascot, conçu par le Centre national d'études spatiales (Cnes) français et son homologue allemand DLR. Mascot, dont la durée de vie n'est que d'une douzaine d'heures, va employer quatre instruments, dont un microscope spectral développé par l'Institut français d'astrophysique spatiale qui doit permettre de connaître la composition minéralogique du sol de l’astéroïde portant le numéro 162173.

Le retour sur Terre d'Hayabusa-2 est prévu pour 2020

Le retour sur Terre de la sonde Hayabusa-2 est prévu pour fin 2020", indique Science et Avenir sur son site internet. Les échantillons permettront ensuite à des chercheurs d’effectuer des milliers d'analyses. Hayabusa-1, sa petite-sœur, avait rapatrié, il y a huit ans, d’infimes fragments de l’astéroïde Itokawa. Les analyses avaient permis de révéler de grandes quantités de métaux, du fer et du magnésium notamment, ce qui correspond à la composition du manteau terrestre.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

EXPLORE : plongée dans les mystères de l'espace

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter