Rendre habitable la planète rouge serait possible grâce à ce matériau révolutionnaire

Sciences
ODYSSÉE - Vivre sur la planète Mars ? Si l'idée peut paraître irréalisable, des chercheurs affirment que ce serait possible grâce à une sorte de bouclier protecteur, l'aérogel. Explications.

Les "aérogels de silice", ça ne vous dit rien ? C'est pourtant grâce à ces isolants thermiques extrêmement performants que l'homme pourra peut-être coloniser un jour Mars. Si la première étape serait déjà d'y mettre un pied - la Nasa vient de confirmer son ambition de le faire à l'horizon 2033 -, des chercheurs pensent avoir trouver un moyen de pouvoir y habiter. 


Il faut dire que la planète rouge est loin d'être hospitalière pour l'être humain. Les températures y varient de -133°C à +17°C et sa surface est de surcroît ébranlée par un intense rayonnement ultraviolet, qui provoque des mutations organiques importantes. Pour terraformer (rendre habitable) Mars, il faudrait donc augmenter la pression de l'atmosphère et  injecter des gaz à effet de serre en grandes quantités. 

Comment ? En 1970, déjà, l'astronome américain Carl Sagan imaginait qu'il suffirait de vaporiser la calotte glaciaire qui recouvre le pôle Nord de Mars. En 2015, Elon Musk proposait lui de bombarder les deux pôles de cette planète avec des charges nucléaires pour libérer du carbone et ainsi permettre son réchauffement. Des théories balayées par une étude de la Nasa en 2018, qui considérait que cela ne suffirait pas à la rendre habitable. 


La solution ? Des chercheurs de l'université de Harvard, du Jet Propulsion Laboratory de la Nasa et de l'université d'Édimbourg pensent avoir trouver la réponse. Il s'agirait de rendre la planète rouge habitable uniquement dans certaines parties. L'idée est basée sur la mise en place d'une sorte de bouclier protecteur fait à partir d'un matériaux révolutionnaire : l'aérogel. 

Un dôme recouvert d'une couche d'aérogel

L'aérogel ressemble à un gel où le composant liquide est remplacé par du gaz. Il a été créé par Samuel Stephens Kistler en 1931. Des aérogels composés de carbone ont été inventés au début des années 1990 et en 2012,  des aérogels à base de polymères ont été synthétisés. Ce corps solide a des pores composés à 90% d'air, dont la taille ne dépasse pas quelques nanomètres, ce qui en fait un des isolants les plus performants et par ailleurs un matériau dix fois plus léger que l'eau. 


Selon les chercheurs, avec une épaisseur de deux à trois centimètres de celui-ci, on pourrait créer des îlots d'habitabilité. Des sortes d'espaces qui seraient protégés du rayonnement ultraviolet mais qui laisseraient passer suffisamment de lumière pour dynamiser la photosynthèse et augmenter les températures sur Mars. Les tests en laboratoire avec un soleil artificiel rappelant les conditions sur la planète rouge se sont avérés concluants puisque la différence de température entre l'extérieur et la couche d'aérogel a atteint presque 65 °. 


"Sous un dôme recouvert d'une couche d'aérogel de silice, vous aurez de l'eau liquide en permanence  et leur mise en œuvre ne nécessiterait que peu d'énergie et aucun entretien", assure Robin Wordsworth, professeur à Harvard. Coloniser Mars ne semble donc pas  si impossible finalement !

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter