Un astéroïde "potentiellement dangereux" va passer à proximité de la Terre ce mercredi, mais pas de panique !

Un astéroïde "potentiellement dangereux" va passer à proximité de la Terre ce mercredi, mais pas de panique !

Sciences
DirectLCI
ESPACE - Le gros caillou passera au plus près de la Terre, ce mercredi 29 août, aux alentours de 2 heures du matin, à une distance de 5 millions de kilomètres. D'un diamètre d'environ 160 mètres, il a été classé comme "potentiellement dangereux" par la Nasa. Pas de panique cependant, l'agence spatiale veille au grain.

Un astéroïde d’environ 160 mètres de diamètre va passer "tout près" de la Terre ce mercredi 29 août, aux alentours 2 heures du matin, a annoncé la Nasa. Ce gros caillou, répondant au doux nom de 2016 NF23, se déplace actuellement à plus de 30.000 kilomètres par heure. Par "tout près", il faut comprendre à une distance de 5 millions de kilomètres, soit 13 fois la distance qui sépare la Terre de la Lune. Une marge suffisamment importante pour écarter toute crainte sur la possibilité de le voir nous tomber sur la tête.


L’Agence spatiale américaine considère néanmoins comme "potentiellement dangereux" tout objet qui passe à moins de 7,8 millions de kilomètres de notre planète. L'orbite de l’astéroïde pourrait effectivement être perturbée par des interactions gravitationnelles avec d’autres corps de notre système, augmentant ainsi, ou diminuant le risque de collision. Mais les ingénieurs de la Nasa veillent au grain et surveillent comme le lait sur le feu la trajectoire de 2016 NF23. Que l’on se rassure, donc, l’apocalypse n’est pas prévue pour demain.

18.000 objets géocroiseurs recensés

L'Agence spatiale américaine a publié le 23 juillet 2018 une vidéo montrant les objets géocroiseurs connus du système solaire. Depuis 1998, elle compile les positions et déplacements des astéroïdes et comètes, notamment ceux qui sont proches de la Terre, à partir des informations collectées par les observatoires du monde entier. Ils sont environ 18.000 à être aujourd’hui identifiés et leurs trajectoires sont étudiées de près par les astronomes. 

Une meilleure surveillance

"Aujourd'hui, les objets spatiaux ne sont plus classés à risque dans la plupart des cas grâce aux nouvelles possibilités de mesures. L'incertitude liée à leur trajectoire est réduite et la possibilité d'impact est vite écartée", avait déclaré en juillet Steve Chesley, membre du Cneos. Le dispositif de la Nasa avait d'ailleurs prédit l'impact d'un petit astéroïde qui a atterri au Botswana (voir vidéo ci-dessous), rapportait en juin dernier un article du Washington Post.

Bennu dans le collimateur de la Nasa

La prochaine véritable menace pourrait, en revanche, venir de Bennu. L’impact possible de cet astéroïde avec notre Terre est prévu pour le 21 septembre 2135. Et s’il a lieu, cela risque de faire du bruit. Ce corps céleste mesure 490 mètres pour un poids de 3,4 milliards de tonnes de roches et de glace. La Nasa, qui aime anticiper les problèmes, a déjà réfléchi à un plan. Ça ressemble un peu au film Armageddon, mais c’est la réalité. L’Agence spatiale américaine a indiqué qu'elle collaborait avec l’Administration nationale de la sécurité nucléaire et deux laboratoires d’armes du Département de l’énergie.


Son idée consiste à la construction d’un vaisseau spatial baptisé Hammer (pour Hypervelocity Asteroid Mitigation Mission for Emergency Response). En gros, l'engin pourrait agir soit comme un bélier pour détourner Bennu, soit comme un explosif, grâce à deux missiles tactiques nucléaires. Dans ce dernier cas, l’idée ne serait pas de tirer sur l’intrus, mais de faire exploser les ogives un peu en avant de sa trajectoire, de façon à le "vaporiser". Bref,  vous pouvez dormir sur vos deux oreilles !

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter