La pluie de météores Êta aquarides sera observable dans le ciel nocturne jusqu'à la fin mai

La pluie d’étoiles filantes des Êta aquarides a démarré le 19 avril et va se poursuivre jusqu'au 31 mai.
Sciences

ASTRONOMIE - La Terre traverse actuellement la périphérie d’une zone poussiéreuse constituée de débris issus de la comète de Halley. L'occasion d'admirer la fin de vie de ces poussières cosmiques, laissant derrières elles de belles traînées lumineuses dans notre ciel. Pour en savoir plus sur ce phénomène, LCI a contacté l'astrophysicien Anthony Salsi, de l'Observatoire de la Côte-d'Azur.

En scrutant le ciel, dans la nuit du mardi au mercredi 6 mai, vous aurez peut-être la chance de saisir l’éclat fugace de quelques étoiles filantes de l’essaim des Êta aquarides. Comme tous les ans à la même époque, notre planète traverse la périphérie d’une zone poussiéreuse constituée de débris issus de la comète de Halley. Découvert il y a 300 ans par l’astronome britannique Edmond Halley, ce corps céleste revient tous les 76 ans dans notre Système solaire. "En s’approchant du Soleil, la comète se disloque sous l’effet de la chaleur émise par notre étoile. En ce moment, la Terre traverse le nuage de débris qu'elle a laissé derrière elle lors de son dernier passage (en 1986, ndlr)", explique Anthony Salsi, astrophysicien à l’Observatoire de la Côte-d’Azur. 

En rentrant dans notre monde, ces petit caillots cométaires cognent dans les molécules de l’atmosphère et ce choc, extrêmement violent, produit de la lumière. C'est la fin de leur voyage, la fin de leurs vies. Petit à petit, les molécules de l'air arrachent les atomes du caillot, jusqu’à ce qu'il n'y en ait plus, laissant de belles traînées lumineuses dans notre ciel. "C’est un peu comme lorsqu’une fusée redescend sur Terre", reprend l'astrophysicien. Et pour le caillot, c'est exactement la même chose, poursuit-il. "Au moment de sa rentrée dans l'atmosphère, du fait de sa vitesse, la température atteint alors plusieurs milliers de degrés Celsius. Il se met alors à brûler, ce qui produit ce phénomène lumineux."

Lire aussi

Pour espérer en voir une, il faudra regarder en direction d'Êta Aquarii, c’est-à-dire vers l'Est. Et très tôt le matin, aux alentours de 3h30.- Anthony Salsi, astrophysicien à l'Observatoire de la Côte-d'Azur.

Quant à son nom, ce ballet céleste le doit en fait à une étoile, Êta Aquarii. Ce corps céleste est située à 170 années-lumière de la Terre, dans la constellation du Verseau. "Les astronomes ont baptisé ainsi cette pluie d'étoiles car c’est à cet endroit qu’il faut regarder dans le ciel pour apercevoir les météores", explique Anthony Salsi. Le phénomène sera surtout visible dans l’hémisphère sud. Néanmoins, il sera possible, pour les plus obstinés, d’en apercevoir quelques-unes sous nos latitudes, si l'on en croit notre astrophysicien. "Pour espérer en voir une, il faudra regarder en direction d'Êta Aquarii, c’est-à-dire vers l'Est. Et très tôt le matin, aux alentours de 3h30", prévient l'astrophysicien.

En vidéo

EXPLORE - Elle traverse le Système solaire : une comète, c'est quoi ?

Toute l'info sur

Coronavirus : comment bien occuper son temps en période de confinement

La pluie d’étoiles filantes Êta aquarides a débuté le 19 avril, elle va se poursuivre jusqu'au 31 mai. Généralement, elle atteint son pic d'activité dans la nuit du 5 au 6 mai. "Une quarantaine de météores par heure sont visibles, contre 15 à 20 le reste du temps. Mais ces chiffres sont basés sur des calculs statistiques. Du coup, ce n'est jamais tout à fait exact", assure Anthony Salsi. Toutefois, la Lune s’apprêtant à entrer sa phase pleine, "les conditions d’observation ne sont pas très favorables actuellement", souligne notre spécialiste. A cela, il faut ajouter une météo capricieuse, avec un ciel encombré sur la majeure partie du pays. "Mieux vaut attendre la nouvelle lune, dans une quinzaine de jours", conseille l'astrophysicien, qui recommande également de privilégier un endroit en altitude, abrité de la pollution lumineuse. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent