Etats-Unis : un tétraplégique retrouve l'usage de son bras et de sa main grâce à des implants cérébraux

Etats-Unis : un tétraplégique retrouve l'usage de son bras et de sa main grâce à des implants cérébraux

SCIENCE - Paralysé depuis 10 ans à cause d'un accident de vélo, un Américain a pu à nouveau utiliser son bras et sa main. Une sensation "impressionnante" selon lui, qu'il doit à une nouvelle neuroprothèse.

Dix ans après un accident de vélo qui l’a paralysé à partir des épaules, un Américain de 56 ans a retrouvé l’usage de son bras et de sa main droites, lui permettant ainsi de boire et manger. Et ce, grâce à une nouvelle neuroprothèse, considérée comme une  "première" dans le milieu médical.

Le dispositif mis en place fin 2014 pour le patient Bill Kochevar à Cleveland, dans le nord-est du pays, contourne la lésion de la colonne vertébrale grâce à des fils, des électrodes et des logiciels informatiques qui viennent connecter son cerveau et les muscles paralysés. L’homme a ainsi deux boitiers sur la tête et 192 micro-électrodes implantées qui enregistrent les signaux que son cerveau envoie lorsqu’il désire bouger son bras et sa main. "Etre capable de bouger juste ce 'petit peu' est impressionnant", a déclaré Bill Kochevar. "C’est mieux que ce que je pensais".

Selon le coauteur de l’étude Bolu Ajiboye, qui s’est confié à l’AFP, c’est à leur "connaissance", "le premier exemple au monde d'une personne atteinte d'une paralysie totale, complète", qui parvient à utiliser directement la pensée pour actionner le bras et la main, effectuant ainsi des "mouvement fonctionnels". Néanmoins Bill Kochevar reste toujours équipé d’un bras mobile de support, également contrôlé par son cerveau.

Plusieurs obstacles avant de sortir "du laboratoire"

Des avancées similaires avaient déjà été effectuées par le passé, lorsque par exemple un jeune américain, Ian Burkhart, avait réussi à se servir de sa main grâce à une interface cerveau-ordinateur. Mais selon les auteurs de la nouvelle étude, le garçon souffrait d’une paralysie moins sévère. 

Pour Steve Perlmutter de l’Université de Washington, c’est bien sûr une étude "innovante", mais "ce traitement n'est pas prêt d'être utilisé en dehors du laboratoire". Non seulement les mouvements sont encore lents et approximatifs, mais les obstacles sont nombreux selon lui. Le dispositif doit être assez robuste et bon marché pour être accessible. Malgré cela, il prédit un avenir prometteur aux neuroprothèses pour surmonter la paralysie. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : une troisième personne décédée

EN DIRECT - Covid-19 : l'Occitanie déclenche le plan blanc dans tous les hôpitaux de la région

Faut-il se refaire intégralement vacciner si on est en retard pour sa 3e dose ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - Pour Christian Estrosi, Emmanuel Macron "a fait le job pendant cinq ans"

VIDÉO - "Plus jamais ça" : l'alerte des parents de l'ado électrocutée par son téléphone en prenant un bain

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.