ExoMars 2016 : pas de nouvelles du module Schiaparelli, mais la sonde TGO est en orbite autour de Mars

DirectLCI
EN AVANT MARS ! - L'Europe a réussi ce mercredi à mettre la sonde scientifique TGO en orbite autour de Mars. Cet orbiteur aura pour mission de "renifler" l'atmosphère martienne afin d'y trouver des traces de vie. Cependant, l'incertitude demeure quant au sort de Schiaparelli, le module expérimental qui avait lui pour objectif de tester l'arrivée d'un engin sur le sol de la planète rouge.

L'atterrisseur européen "a touché le sol" de Mars mais "il n'émet pas de signal", a déclaré ce mercredi soir à l'AFP Thierry Blancquaert, responsable de Schiaparelli à l'Agence spatiale européenne (ESA). Après un long voyage de sept mois, en compagnie de la sonde scientifique TGO, ce module expérimental était censé tester l'arrivée d'un robot d'exploration sur le sol martien, en vue d'une prochaine mission à l'horizon 2020. L'atterrisseur avait entamé sa longue descente trois jours plus tôt et s’était réveillé comme prévu peu avant l’atterrissage prévu ce mercredi en fin d'après-midi.


Schiaparelli a cessé d'émettre quatre minutes après son entrée dans l'atmosphère martienne, d'après les données recueillies par un radiotélescope indien. "Est-ce qu'il a touché le sol dans de bonnes conditions ou est-ce qu'il y a eu un rocher mal placé ou un cratère ou simplement un problème avec son émetteur radio, ça je ne le sais pas encore", a déclaré Thierry Blancquaert, ajoutant ne "pas être très optimiste" sur les données censées avoir été prises après l'atterrissage.

Si le module Schiaparelli avait réussi à se poser sur la planète Mars, cela serait une première pour les Européens : seuls les Américains ont, pour l’instant, réussi à poser un engin en état de fonctionner. Nous en saurons certainenement davantage matin. Ce sont désormais des sondes autour de Mars qui vont permettre de savoir où en est Schiaparelli. Lancée il y a treize ans, la sonde européenne Mars Express est à l’écoute d’un signal. Les données qu’elle a envoyées sont en train d’être décryptées. Selon l’ESA, il va falloir patienter une heure ou deux pour que les données plus complètes recueillies par une sonde de la NASA nous parviennent et mettent éventuellement fin au suspense.


Dans le même temps, la sonde scientifique européano-russe TGO, qui s’est séparée dimanche de l’atterrisseur, et qui va analyser l’atmosphère de Mars, a quasiment terminé ses manœuvres de freinage pour se mettre en orbite autour de Mars. Elle devrait faire le tour de Mars en quatre jours. Frôlant le haut de l’atmosphère martienne, elle freinera à chaque passage, ce qui, sans consommer de carburant, lui permettra de s’installer en orbite plus circulaire à environ 400 km d’altitude dans un an. Il est "très probable" que l’Europe ait "deux satellites autour de Mars", avec Mars Express, a déclaré, avec un large sourire, Michel Denis, directeur des opérations en vol de la mission ExoMars à l’ESA.

20 H 38 : Le signal du démonstrateur Schiaparelli aurait été perdu au moment de la séparation du parachute avec l'atterrisseur, soit quatre minutes après son entrée dans l'atmosphère martienne, si l'on en croit les données transmises par le télescope indien et la seonde Mars Express. L'ESA n'a pas confirmé l'information, mais devrait le faire rapidement ce jeudi dans la matinée. 

20 H 15 :  Des données plus complètes recueillies par la sonde Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) de la NASA pourrait confirmer d'ici 10 à 20 minutes dans quel état l'engin se trouve après son atterrissage sur Mars: alors, dead or alive ?

19 H 45 : Pour résumer, la situation, on sait pour le moment que la sonde TGO, qui a pour mission d'analyser l'atmosphère martienne, semble avoir réussi sa mise en orbite. L'Agence spatiale européenne devrait confirmer que l'engin se trouve sur la bonne trajectoire aux environs de 20h30. 


En revanche, toujours aucune confirmation du bon atterrisage de l'atterrisseur expérimental Schiaparelli. Les données recueillies lors de la descente par un radiotélescope indien semblaient indiquer que les différentes phases - largage du bouclier thermique, ouverture du parachute, largage du parachute, activation des rétrofusées - s'étaient bien déroulées.


Finalement, elles ne permettent pas de confirmer dans quel état est l'engin. Selon l'ESA, il va falloir patienter encore une heure ou deux afin que des données plus complètes recueillies par la sonde Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) de la NASA parviennent jusqu'à la Terre et mettent éventuellement fin à cet interminable suspense.

19 H 20 : Les données transmises par la sonde Mars Express ne permettent pas de conclure au bon atterrissage de Schiaparelli. La prochaine opportunité de savoir si Schiaparelli a bien atterri sur la Planète rouge est d'attendre le passage de la sonde Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) de la NASA. Mais ce ne sera pas avant une heure ou deux, indique l'Agence spatiale européenne.

18 H 55 : Les données envoyées par le module Schiaparelli au cours de sa descente vers Mars sont toujours en cours d'analyse au Centre européen d'opérations spatiales (CEOS). Autrement dit : on ne sait toujours s'il a pu atterir en douceur, ou pas !

18 H 45 : La sonde TGO semble avoir réussi sa manœuvre d'insertion en orbite de Mars. L'Agence spatiale européenne indique cependant qu'il faudra attendre 20h30 pour savoir si la sonde est bien dans la bonne trajectoire. 

18 H 30 : Rappelons que le but final de la mission ExoMars est de répondre à la question cruciale : Y-a-t-il eu ou y-a-t-il encore de la vie sur Mars ? Pour cela, l'Agence spatiale européenne compte envoyer un robot d'exploration sur la Planète rouge en 2020.

18 H 20 : L'équipe du Centre européen d'opérations spatiales (CEOS), chargée d'analyser les données de la sonde Mars Express, est parvenue jusqu'à l'étape de l'atterrissage. Suspense...

18 H 03 : Il va falloir patienter encore un peu : l'interprétation des données envoyées par la sonde Mars Express va prendre au moins 30 minutes, prévient l'Agence spatiale européenne. Le suspense continue...

17 H 56 : Les premiers signaux de la sonde Mars Express sont en cours de traitement. Selon un des ingénieurs, la taille de l'enregistrement transmis par Schiaparelli est conforme à ce qui était attendu par l'ESA.

17 H 33 : Le renvoi d'informations de la sonde Mars Express en direction de la Terre est en cours de transmission. Il faudra 9 minutes 47 secondes pour que le signal arrive jusqu'à nous. Le suspense est à son comble.

17 H 30 : Toujours aucun signe dela capsule Schiaparelli. Un nouvel échec pour l'Agence spatiale européenne, après Beagles 2 il y a treize ans , s'interrogent des internautes sur le réseau social Twitter.

17 H 22 : La sonde TGO,  qui a amené la capsule Schiaparelli depuis la Terre, aurait réussi son insertion dans l'orbite de Mars.  Voilà une première bonne nouvelle. Elle pourra commencer dès 2018 à "renifler" l'atmosphère de Mars

17 H 12 : Toujours aucun signal. Il est probable que la confirmation du bon atterrissage de Schiaparelli n'arrive que dans la soirée :  aux environs de 18h30, suite au renvoi des informations captées par la sonde spatiale Mars Express. 

17 h 00 : Le Giant Metrewave Radio Telescope, situé près de Pune, en Inde, a reçu des signaux en provenance de la capsule Schiaparelli lors de sa descente : ouverture du parachute ? Aallumage des rétrofusées ? Impossible à dire pour le moment. 

Schiaparelli est un démonstrateur, il n'avait pas vocation à explorer. Il était prévu qu'il s'éteigne au bout de son neuvième jour sur le sol martien. 

Ce premier atterrissage de l’Agence spatiale européenne (ESA) sur la Planète rouge ouvrira la voie à une deuxième mission en 2020, visant à rechercher des indices d'une vie actuelle et passée sur Mars. Baptisée ExoMars Rover, elle consistera cette fois à y poser pour la première fois un robot d’exploration qui, à l'instar du rover Curiosity, aura pour objectif de parcourir la planète rouge pour répondre à unequestion cruciale, et toujours sans réponse : y-a-t-il aujourd'hui ou y-a-t-il eu dans le passé... de la vie sur Mars ?

En vidéo

ExoMars : "Essayer de trouver des traces de quelque chose qui pourrait être biologique"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter