Expédition Tara : "Les récifs coralliens, c’est l’assurance-vie de la Terre"

Sciences
URGENCE - Les récifs coralliens sont la "forêt tropicale" des océans et ils se meurent sous le double effet de l’action de l’homme et du réchauffement climatique. LCI a interviewé Romain Troublé, le DG de la Fondation Tara Expeditions, sur l’état du deuxième poumon de notre planète, alors que la goélette de l'ONG revient de deux ans d'exploration dans le Pacifique.

Partie depuis mai 2016, la goélette Tara revient ce samedi 27 octobre de son expédition scientifique à travers le Pacifique avec, en cale, un véritable trésor : pas moins de 36.000 échantillons (coraux, anémones, petites éponges, poissons, planctons), prélevés dans des récifs coralliens à différents points du globe. Le navire de recherche a étudié durant un peu plus de deux ans l’état de ces écosystèmes marins face aux menaces de la pollution marine et du réchauffement des températures. "Et les nouvelles ne sont pas bonnes", prévient d’emblée Romain Troublé, biologiste marin et directeur général de la Fondation Tara Expéditions.


Les récifs coralliens sont la "forêt tropicale" des océans, le deuxième poumon de notre planète, et ils disparaissent à grande vitesse. "On estime aujourd'hui que 25% des coraux sont morts", relève le scientifique, joint par LCI. Sous l’effet accélérateur du réchauffement, le rythme des destructions s’emballe en effet depuis 2000. Et le dernier rapport du Giec, publié le 8 octobre dernier, ne leur donne que peu de chance : 80 % pourraient s’éteindre si l’on maintient la hausse globale de température à 1,5° ; sachant que sans changement majeur, on table sur +3°C.

30% de toutes les espèces animales et végétales de l’océan

Or ces écosystèmes, véritables joyaux de biodiversité, abritent jusqu’à 30% de toutes les espèces animales et végétales de l’océan. "Les récifs coralliens, c’est l’assurance-vie de la Terre", résume Romain Troublé. L’International Coral Reef Action Network (Icran) et l’ONG WWF ont ainsi chiffré les services rendus par les récifs coralliens à 16,2 milliards d'euros par an


C’est là que toutes les espèces marines grandissent, avant de partir au large. Ils servent à la fois de réservoir de pêche, mais aussi de barrage anti-érosion pour les côtes. Sans eux, certains territoires seraient submergés. Et surtout, c’est une manne touristique énorme.

L’action de l’homme participe très largement à la dégradation de ces écosystèmes.Romain Troublé, directeur général de la Fondation Tara Expeditions

Le changement climatique a pendant longtemps été tenu comme principal responsable de la dégradation de l'état des coraux. S'il représente toujours une menace sérieuse car il favorise l'acidification des océans et le blanchissement des coraux, ce qui entraîne un ralentissement ou un arrêt de leur croissance, il n'est désormais plus dans la ligne de mire des experts. "L’action directe de l’homme, que ce soit la pollution marine, la surpêche ou encore la bétonisation, participe très largement à la dégradation de ces écosystèmes", pointe le patron de la fondation Tara Expeditions.


Romain Troublé mentionne, pour appuyer son propos, le cas des îlots de Chesterfield. Ce territoire français, situé entre l’Australie et la Nouvelle-Calédonie, abrite des récifs coralliens en très bon état. "Ils subissent le réchauffement climatique, comme les autres, mais l’absence d’activité humaine dans cette zone fait qu’ils sont en bien meilleure santé", souligne-t-il. L'objectif de la mission est justement de comprendre comment fonctionnent ces écosystèmes, dans leur intimité. Les échantillons collectés seront donc envoyés à travers le monde dans les différents laboratoires partenaires pour y être étudiés, observés, mesurés et surtout séquencés. 

Des applications dans le domaine de la médecine

Cependant, iI faudra compter au moins deux à trois ans avant d’obtenir une vision globale, estime Romain Troublé. Et sûrement bien plus encore pour que les coraux récoltés sur le voilier-laboratoire finissent de dévoiler tous leurs secrets. A titre d'exemple, le laboratoire Coral Biome développe actuellement un médicament anti-cancer à partir d'une toxine issue du corail. Et il n'est pas le seul à s'intéresser aux propriétés cachées de cet or bleu.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

L'expédition Tara

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter