EXPLORE - Ces mystères du Soleil que la sonde Parker va tenter de percer

Sciences
DirectLCI
ESPACE - La sonde Parker, lancée en août par l'agence spatiale américaine, a battu lundi le record de proximité avec le Soleil. L'engin devrait atteindre sa cible en 2024. Objectif : percer le mystère des vents solaires.

Grâce à Parker Solar Probe, la Nasa est en passe de réaliser le rêve d’Icare. Parti le 12 août de la Terre, ce vaisseau spatial de la taille d'une voiture file actuellement à toute vitesse en direction du Soleil. Lundi 29 octobre, l'appareil se trouvait à une distance de 42,73 millions de kilomètres de sa cible, battant ainsi le précédent record de la sonde américano-allemande Helios 2, qui datait d'avril 1976. Et son périple ne fait que commencer.


Au plus proche, fin 2024, l'appareil se trouvera à 6,2 millions de kilomètres de la surface de notre étoile. Parker Solar Probe va ainsi devenir le premier objet construit par l'homme à affronter les conditions dantesques de la couronne, ce "halo" qui entoure le Soleil et devient visible à l’œil nu lors d’une éclipse totale. C'est la partie la plus externe de son atmosphère. Et les températures y sont extrêmes, de l'ordre de plusieurs millions de degrés Celcius.

L'objet le plus rapide jamais construit par l'homme

La sonde est équipée d’un bouclier composite de carbone d'une douzaine de centimètres d'épaisseur (voir photo ci-dessus), qui doit protéger les instruments scientifiques qu'elle transporte face aux températures extrêmes. Quand elle sera près du Soleil, Parker voyagera suffisamment rapidement pour parcourir l'équivalent d'un trajet New York-Tokyo en... une minute. Une vitesse de 700.000 km/h pour ce qui est l'objet le plus rapide jamais construit par l'homme. Au-delà de la prouesse technologique, l'intérêt scientifique de cette mission est primordial.

Il s'agit en effet de comprendre pourquoi la couronne est environ 300 fois plus chaude que la surface du soleil et pourquoi ses particules énergétiques produisent des tempêtes électromagnétiques pouvant perturber le fonctionnement du réseau électrique sur Terre. Ces flux de particules électriquement chargées voyagent à des vitesses de plusieurs centaines de kilomètres par seconde. "La sonde Parker nous aidera à faire un bien meilleur travail pour prédire quand une perturbation dans les vents solaires viendra frapper la Terre", avait déclaré Justin Kasper, un des scientifiques responsables du projet et professeur à l'université du Michigan, dans un communiqué.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter