EXPLORE - Vue en 3D, la Voie lactée ressemble à une chips !

Sciences

Toute L'info sur

EXPLORE : plongée dans les mystères de l'espace

COSMOS - Des astronomes ont établi une carte en trois dimensions de la Voie lactée, à partir de la localisation d'étoiles particulièrement brillantes. D'une précision inégalée, elle permet de se rendre compte que notre Galaxie n'est pas un disque plat.

Vue de loin, en trois dimensions, la Voie lactée ressemble à une chips. Un disque stellaire voilé et légèrement incurvé, pour être plus précis. Pendant des décennies, les astronomes ont supposé qu'elle était plate, à l'instar de la plupart des autres galaxies spirales. En calculant la distance entre le Soleil et des milliers de jeunes étoiles, une équipe d'astronomes polonais a pu dresser une carte en trois dimensions (partielle) de la région à laquelle appartient notre système solaire, à une échelle plus vaste que ce qui avait été fait jusqu’à présent.  


Le Dr Dorota Skowron et ses collègues, dont les travaux ont été publiés le 2 août 2019 dans la revue Nature astronomy, se sont appuyés sur un échantillon de 2.431 étoiles géantes, connues sous le nom de céphéides classiques. Ces corps célestes ont la particularité d'être quatre à vingt fois plus massifs que notre Soleil et de 100 à 30.000 fois plus brillants, d'où leur surnom de "phares cosmiques". De ce fait, les astronomes peuvent les détecter à de très grandes distances, ainsi qu’à travers l’opacité des nuages interstellaires de gaz et de poussière présents au sein de notre Galaxie.

En plus d’être visibles de loin, ces étoiles géantes dites "pulsantes" - ce qui signifie que leur intensité lumineuse peut varier au cours du temps - s'avèrent aussi très utiles pour mesurer facilement la distance qui les sépare de nous. La période suivant laquelle leur luminosité varie est d’autant plus grande que l’étoile est lumineuse, ce qui permet d'en faire des étalons pour mesurer la distance d’étoiles ou de galaxies.


L'équipe d'astronomes de l'Université de Varsovie a ainsi pu dresser une projection en trois dimensions de notre Galaxie avec une précision inégalée. Cette carte en 3D permet de confirmer de précédentes recherches démontrant que le disque stellaire de la Voie lactée est en fait gondolé : plus l’on s’éloigne du cœur galactique, plus il tend à se déformer. Pour se faire une idée, à proximité du Soleil, sa largeur est d'environ 500 années-lumière, tandis qu’elle atteint plus de 3000 au niveau des extrémités.

Comme l'explique l'article publié dans Nature Astronomy, la forme incurvée de la Voie lactée pourrait être expliquée par son passé tumultueux. De probables interactions avec des galaxies satellites, du gaz dans le milieu intergalactique ou encore l’hypothétique matière noire - cette substance invisible considérée comme l'échafaudage qui permet d'unir les galaxies les unes aux autres - pourraient avoir contribué à la déformation de notre Galaxie, depuis sa naissance il y a environ 11 à 12 milliards d'années.


La galaxie qui abrite notre Système solaire mesurerait un peu plus de 100.000 années-lumière de diamètre. Elle se déplace dans le cosmos à la vitesse de 630 kilomètres par seconde, sans s’arrêter. Jusqu’où ira-t-elle ? Nul ne sait. A en croire les astronomes, la Voie lactée abriterait entre 100 et 200 milliards d'étoiles. A ce jour, on estime pourtant en connaître moins de 1%. Depuis son lancement en décembre 2013, Gaïa scrute l’immensité de la Galaxie et enregistre chaque jour les données de 50 millions d’étoiles. En l'espace de six ans, le satellite d'observation européen a recensé quelque deux milliards d'étoiles. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter