Huit mois dans la peau d’une "Martienne" : une ex-informaticienne de Google raconte son quotidien sur son blog

Huit mois dans la peau d’une "Martienne" : une ex-informaticienne de Google raconte son quotidien sur son blog

CARNET DE BORD - Embarquée pendant huit mois dans une vie presque "martienne" du côté d'Hawaï, Laura Lark, ex-informaticienne chez Google, a décidé de raconter son quotidien sur son blog. Elle explique notamment avoir appris la formation au premier secours, l'étude géologique des volcans et ... le tricot.

Le 19 janvier dernier, une cinquième campagne de simulation de vie sur Mars, HI-SEAS, a été lancée à Manoa, à Hawaï. Prévue pour une durée de huit mois, la mission a sélectionné un équipage de six personnes qui procédera à des tâches diverses comme des missions d’exploration dans des conditions réalistes. 

Parmi les chanceux, Laura Lark, scientifique envoyée pour une mission géologique et ex-informaticienne chez Google, a décidé de raconter son quotidien "martien" dans un blog, commentaires et photos à l’appui. Ainsi, depuis le début de la mission, elle explique au fil des jours son emploi du temps, des tâches les plus basiques, comme apprendre à se servir des toilettes sèches, aux tâches essentielles à la survie comme la formation aux premiers secours ou encore l’étude géologique des zones volcaniques , qui se rapprochent de la nature du sol de la planète rouge.

A y regarder de plus près, le quotidien de Laura ne ressemble pas forcément à celui que vous imaginez quand vous pensez à la fonction d’astronaute. En effet, à la manière d’un journal intime, Laura raconte également l’apprentissage de la vie en communauté avec les autres membres de l’équipage, entre le partage de la nourriture, majoritairement lyophilisée, et des centres d’intérêt, comme la littérature ou la musique, les goûts allant de Beyoncé aux Red Hot Chili Peppers.

Pour occuper ses journées parfois très longues, la jeune femme répond aussi à ses mails, avec un laps simulé de 20 minutes entre l’envoi et la réception, lit et … tricote ! Ainsi, elle raconte sa longue épopée dans la confection d’un pull, avec des fils "ridiculement fins". "J’espère qu’il me prendra tout le temps de la mission" s’amuse Laura.

Faite pour étudier le comportement humain dans une situation de confinement et dans une zone non habitée, la mission a également des effets psychologiques sur la jeune scientifique : "Quand je suis arrivé ici, la bizarrerie de vivre comme sur Mars était constamment présente. Maintenant, c'est le cas de temps en temps et notre mode de vie apparaît presque comme normal" explique-t-elle.

Arrivée le 19 janvier dernier, Laura devrait continuer son périple sur la planète rouge, ou presque, jusqu’au mois de septembre.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Plus de 5.950 Français en réanimation, 324 décès en 24h

"Aujourd’hui, je me dis : plus jamais" : ces infirmières qui, après un an de Covid, ont rendu leur blouse

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

REVIVEZ - PSG-Bayern Munich (0-1) : malgré la défaite, Paris verra à nouveau les demies

Castex annonce la suspension de tous les vols entre le Brésil et la France "jusqu'à nouvel ordre"

Lire et commenter