Il est encore plus vieux que Lucy : voici le visage de l'un de nos plus anciens ancêtres sur Terre

Il est encore plus vieux que Lucy : voici le visage de l'un de nos plus anciens ancêtres sur Terre
Sciences

PRÉHISTOIRE - Le premier crâne d'Australopithecus anamensis a été mis au jour en Ethiopie. Âgé de 3,8 millions d'années, il ressemble à un grand singe, mais il est l'un de nos ancêtres.

Il y a environ 3,8 millions d’années, un ancêtre direct de l’Homme moderne, localisé au delta d’un ancien fleuve, dans ce qui est aujourd’hui la Corne de l’Afrique, rendait son dernier souffle. Ne laissant entrevoir que sa mâchoire, sa tête était ensevelie dans du sable. Au fil du temps, elle a fini par se solidifier pour former une sorte de casque de pierre, d’où son exceptionnelle conservation. Ce crâne était donc armé contre les ravages du temps, pour le plus grand plaisir des scientifiques qui ont fait sa découverte il y a trois ans. Le tout à  seulement 55 kilomètres de l'endroit où a été découverte "Lucy", la plus célèbre des Australopithèques, dont il pourrait bientôt voler la vedette. 

Le crâne fossilisé a été mis à jour par une équipe internationale d’anthropologues lors de fouilles ayant conduit à la découverte en février 2016 d’une mine d’ossements sur le site de Woranso-Mille, un ancien système fluvial et lacustre situé dans le nord de l’Ethiopie. Yohannes Haile-Selassie, anthropologue  au Muséum d’Histoire naturelle de Cleveland (Etats-Unis) et coauteur de deux études parues dans la revue Nature, a déclaré lors d'une conférence de presse que ce crâne est à ce jour "l’un des plus complets des fossiles d'hominidés de plus de 3 millions d'années".

Une nouvelle icône de l’évolution humaine

Son hôte, probablement un adulte de sexe masculin, appartenait à l’une des toutes premières espèces d’Australopithèques, appelée Australopithecus anamensis. Pour l’instant, il n’a pas encore de nom, simplement un nom de code scientifique :"MRD". Il pourrait néanmoins "devenir une nouvelle icône de l’évolution humaine", a fait valoir Fred Spoor du Muséum d’Histoire naturelle de Londres dans un commentaire. Et rejoindre ainsi les célèbres "Toumaï"(dont les restes, découverts en 2001 au Tchad, sont datés d’environ 7 millions d’années), "Ardi" (environ 4,5 millions d’années, découvert en 1994 en Ethiopie) et "Lucy" (environ 3,8 millions d’années, découverte en 1974 en Ethiopie) au panthéon préhistorique.

D'autres fossiles d'Australopithèques, moins connus, datent d'au moins 3,9 millions d'années mais seules des mâchoires et des dents avaient été retrouvées. Or, sans vieux crâne, notre compréhension de l'évolution de ces hominidés éteints restait très partielle. La découverte de ce crâne remarquablement complet bouleverse donc une nouvelle fois notre vision de l’évolution. Jusqu’à maintenant, nous pensions que les Anamensis (MRD) se transformait progressivement en Afarensis (Lucy) avec le temps. Mais cette dernière découverte remet tout cela en question, en démontrant que les deux espèces se seraient en fait croisées dans les savanes de l'Afar pendant environ 100.000 ans. 

Lire aussi

Grâce à des reconstitutions faciales, il a désormais un visage

"Cela change radicalement notre compréhension du processus d'évolution et soulève de nouvelles questions : étaient-ils en compétition pour la nourriture ou l'espace ?", s'interroge l'anthropologue Stephanie Melillo de l'Institut Max Planck du Développement Humain en Allemagne, qui a participé à ces travaux. Grâce à des reconstitutions faciales réalisées à partir des caractéristiques du fossile, les scientifiques ont pu mettre un visage sur "MRD" : ces dernières présentent un hominidé aux pommettes projetées vers l'avant, à la mâchoire proéminente, au nez épaté et au front étroit. 

A la surprise des chercheurs, le crâne se révèle être un mélange de caractéristiques propres aux Sahelanthropus comme "Toumaï" et aux Ardipithecus comme "Ardi" mais aussi à d'autres d'espèces plus récentes. "Jusqu'à présent, il y avait un grand fossé entre les ancêtres humains les plus anciens, qui ont environ 6 millions d'années, et des espèces comme celle de 'Lucy', qui ont deux à trois millions d'années", s'enthousiasme Stephanie Melillo pour qui cette découverte "relie l'espace morphologique entre ces deux groupes". Un nouvel entrant dans le grand arbre généalogique de l'Humanité qui n'a certainement pas fini de faire parler de lui. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter