Faut-il dire "amarsir" ou "atterrir" sur Mars ? On a posé la question à Bernard Pivot

Sciences

Toute L'info sur

La Lune avant Mars : la conquête spatiale redécolle

LEXIQUE - Six ans après Curiosity, la Nasa est parvenue à poser un nouveau robot à la surface de Mars ce lundi 26 novembre 2018. Mais au fait, doit-on dire "atterrir" ou "amarsir" sur la planète rouge ? On a demandé à l'homme de lettres Bernard Pivot.

Quand un engin spatial se pose sur Mars, faut-il dire "amarsissage" ou "atterrissage" ? En 2012, l’arrivée du robot Curiosity sur la planète rouge avait été accompagnée d’un terme que le grand public n’avait jamais croisé auparavant : "amarsir" (et sa déclinaison "amarsissage"), qui désigne le fait de se poser sur la surface de Mars, comme le terme "atterrir" pour la Terre ou bien "alunir" pour la Lune. Six ans plus tard, alors que la sonde InSight de la Nasa s'est posée à la surface de la planète rouge, le terme refait surface.

La première occurrence du terme "amarsir' est en fait bien plus ancienne. Elle remonte en effet aux années 1950, bien avant l'apparition même du mot "alunir". On l'a doit au trompettiste, écrivain et homme de jazz Boris Vian, qui le mentionne dans sa chanson La Java Martienne. En 1977, dans Petits spectacles, l'artiste en fait de nouveau usage : "Je ne vais tout de même pas amarsir sur Mars avec une fusée dégueulasse… ".

Voir aussi

En vidéo

Rovers martiens : qui sont ces robots partis à la conquête de la planète rouge

Amarsir, c’est très laid. Tandis qu’alunir, c’est plutôt joli. Alors laissons à la Lune ce privilège.- Bernard Pivot.

Ce terme n’est cependant reconnu ni par l’Académie française, ni pas l’Académie des sciences, comme le souligne Le Monde. Les deux institutions préconisent d’utiliser le seul mot "atterrissage" suivi du nom de la planète en question. Idem au Centre national d’études spatiales (Cnes). "Les Américains disent ‘landing’. Nous, en France, on dit atterrir. C'est une question d'habitude. Il n'y a aucune raison d'en changer", tranche auprès de LCI Francis Rocard, responsable du programme Système solaire au Cnes.

Mais qu’en pense l'homme de lettres Bernard Pivot ? "Il faut rester simple et logique et donc garder le terme ‘atterrissage’. En choisissant la voie du néologisme, on s’expose à des complications. Si l’on commence à dire ‘amarsissage’, devra-t-on, à mesure que l’exploration spatiale progressera, parler d'‘avénussissage’ ou de 'mercurissage' ? Le mot ‘atterrissage’ désigne l’arrivée depuis l’air d’un véhicule qui se pose sur du solide" plaide-t-il, joint par LCI. Et l’écrivain d’ajouter : "Amarsir, c’est très laid. Tandis qu’alunir, c’est plutôt joli. Alors laissons à la Lune ce privilège."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter