Intelligence artificielle : pourquoi l'école de Microsoft va intégrer des autistes Asperger

En France, moins de 1% des 400.000 adultes présentant un trouble du spectre autistique travaillent.
Sciences

Toute L'info sur

Jusqu'où ira l'intelligence artificielle ?

MONDE DE DEMAIN - L'école d'intelligence artificielle de Microsoft ouvrira début 2020 une promotion d'un nouveau genre. Cette classe, nommée "Intelligences atypiques", accueillera des autistes atteints du syndrome d'Asperger. Le géant américain de l'informatique, leader dans le domaine de l'IA, entend s'appuyer sur ces profils particuliers.

Le personnage de Raymond Babbitt, incarné par Dustin Hoffman dans Rain Man, sorti en 1988, en est sans doute l’illustration la plus célèbre. Dans ce film, le protagoniste affiche une attention aux détails et une mémoire extraordinaires, mais aussi un comportement répétitif qui se retrouve chez beaucoup d’autistes. Bien que les cas comparables à celui de Raymond Babbitt restent très rares, beaucoup d’autistes de haut niveau, comme on les surnomme, ont souvent des connaissances et capacités de concentration hors du commun. Contrairement à une idée répandue, l'autisme n'est en effet pas systématiquement associé à un retard intellectuel. Et c’est notamment le cas pour les autistes atteints du syndrome d’Asperger.

En dépit de ces aptitudes exceptionnelles, ces profils ont cependant bien souvent du mal à s’insérer dans le milieu traditionnel du travail. En France, moins de 1 % des 400.000 adultes présentant ainsi un trouble du spectre autistique travaillent. Ce trouble du développement neurologique affecte les aptitudes à la communication et aux interactions sociales. Ce qui nécessite, évidemment, un encadrement bien particulier. De quoi refroidir plus d'un recruteur. Dans le domaine de l'informatique, au contraire, certains voient dans ces profils atypiques une opportunité, à l'instar de Microsoft.

Lire aussi

Les Asperger représentent une formidable opportunité pour le développement de l’intelligence artificielle.- Laurence Lafont, directrice des opérations chez Microsoft France.

Sur le campus de Microsoft France, basé à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), une promotion d’un nouveau genre, baptisée "Intelligences atypiques", ouvrira donc ses portes en tout début d’année prochaine au sein de l'école dédiée à l’intelligence artificielle (IA). "Quinze élèves atteins de troubles autistiques de type Asperger intégreront cette promotion de quarante apprenants. Les Asperger représentent une formidable opportunité pour le développement de l’intelligence artificielle", s’est enthousiasmée Laurence Lafont, directrice des opérations chez Microsoft France, lors de l’événement Envision, qui se tenait la semaine dernière à Paris. 

Longtemps à la traîne en matière de prise en charge de ce handicap, la France commence à rattraper son retard, notamment grâce au travail mené par des entreprises comme Avencod ou Aspertise. Et pour cause : les compétences des autistes-Asperger commencent enfin à être reconnues à leur juste valeur. Dans les domaines de la programmation informatique donc, mais aussi et surtout dans la gestion du big data, ces interminables bases de données dont se nourrissent les technologies d'intelligence artificielle. Des tâches souvent chronophages et pour lesquelles les autistes de haut niveau s’avèrent être hors-pair.

En vidéo

La minute Smart : comprendre le syndrome d'Asperger

Leader de la course aux brevets liés à l’IA

"Nous sommes persuadés que le handicap doit être synonyme d’opportunité, de compétence et d’innovation. Souvent considéré comme une contrainte, il doit au contraire permettre de libérer la créativité et ainsi de transformer le pépin en pépite", explique Emmanuel Thieffry, co-dirigeant de Compéthance, un organisme spécialisé dans l’inclusion professionnelle de travailleurs handicapés dans le secteur du numérique, cité dans un communiqué de Microsoft publié à l'occasion de sa conférence de rentrée. Les quinze apprenants atteints du syndrome d'Asperger qui intégreront la promotion sont actuellement en cours de recrutement, a précisé auprès de LCI l'entreprise américaine.

Lancée il y a près de deux ans, en partenariat avec Simplon.co, une startup qui s’occupe de former des personnes éloignées de l’emploi aux métiers du numérique, l'école d'IA de Microsoft a déjà accueilli 250 élèves, sur treize sites en France et en Belgique. "La promotion Intelligences atypiques fera office d’expérimentation", précise Laurence Lafont. Leader de la course aux brevets liés à l’IA, devant IBM et Samsung, le géant américain de l’informatique affichait au compteur 18.365 brevets en janvier dernier. D'où son intérêt croissant pour ces profils atypiques. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter