Intelligence artificielle : "Sur beaucoup de sujets, la combinaison homme-machine va être plus performante", estime Villani

DirectLCI
FUTUR – Chargé d’une mission sur l’intelligence artificielle par le Premier ministre, le député REM de l’Essonne Cédric Villani s’est exprimé sur la question ce vendredi sur LCI. Le mathématicien lauréat de la médaille Fields en 2010 estime que "la combinaison homme-machine" pourrait devenir une avancée majeure de nos sociétés.

Optimiste, mais pas utopiste. Invité de l’émission 24H Pujadas ce vendredi sur LCI, le député REM de la cinquième circonscription de l’Essonne, Cédric Villani, récemment chargé par le Premier ministre Edouard Philippe d’une mission sur l'intelligence artificielle en vue d'éclairer le gouvernement sur le sujet, s’est montré plutôt confiant quant à l’avenir et à la mise en application concrète des machines autonomes, robots et autres algorithmes. À condition, estime-t-il, de faire de bons choix politiques, en termes d'éducation par exemple.   


"Sur beaucoup de sujets, la combinaison homme-machine va être plus performante que la machine et plus performante que l’homme", a ainsi jugé le mathématicien, lauréat de la médaille Fields – l’équivalent du prix Nobel – en 2010. "Mais ce n’est pas automatique, ça se travaille. En fonction des choix que nous ferons, en fonction de la réglementation, des habitudes, de la formation, on pourra arriver à un état de synergie et de coexistence ou, au contraire, à un état de compétition." Pour celui qui a rejoint les rangs du mouvement d’Emmanuel Macron à l’occasion des élections législatives, cela passera notamment par la formation des jeunes générations aux métiers scientifiques.  

Pour Villani, Elon Musk cherche le buzz

Alors que son rapport final ne sera rendu qu’en janvier prochain (un rapport d’étape doit être remis fin novembre), Cédric Villani semble déjà considérer que la France a beaucoup à gagner en développant l’intelligence artificielle. L’occasion, selon lui, de prendre "un avantage considérable" dans la course mondiale qui devrait s’engager ces prochaines années sur la question. Positif, mais sans céder à l’angélisme, le parlementaire a par ailleurs pris le contrepied de l’Américain Elon Musk, patron emblématique de Tesla Motors et de Space X, qui déclarait début septembre que l'intelligence artificielle pourrait devenir "la cause de la Troisième guerre mondiale". Une façon, présume Cédric Villani, de faire parler de lui et de ses projets. 

En vidéo

L'intelligence artificielle dangereuse pour l'humanité ? Pour Cédric Villani, Elon Musk cherche "le buzz"

"Je suis persuadé qu’Elon Musk, comme d’autres, dont le modèle économique tient en partie au développement de l’intelligence artificielle – dans son cas en particulier, les voitures Tesla pour la conduite automatique – ont une stratégie de petites phrases aussi fortes que possible, aussi 'rentre dedans' que possible, afin d’augmenter le buzz et, finalement, la quantité d’investissements. C’est une stratégie comme une autre, ce ne sera pas la mienne, vous l’imaginez."

Plus d'articles

Sur le même sujet