L'Australie a-t-elle libéré un virus trop contagieux en voulant réduire le nombre de lapins sur son territoire ?

L'Australie a-t-elle libéré un virus trop contagieux en voulant réduire le nombre de lapins sur son territoire ?
Sciences

INVASION - Avec environ 200 millions de lapins de garenne sur son territoire, l'Australie a dit stop. Elle a disséminé sur son territoire en mars dernier la souche d'un virus hautement virulent pour décimer l'espèce, responsable de nombreux dégâts. Une décision qui inquiète l'Espagne, mais aussi la France.

En début d’année, les rappels à l’ordre concernant la vaccination des lapins domestiques se sont multipliés en Australie. Et pour cause, le pays s’apprêtait à libérer la nouvelle souche d’un virus hautement virulent pour réduire de façon drastique sa population de lapins de garenne. Introduits en 1859 par un colon britannique, ces mammifères n’ont pas cessé de se reproduire sur le territoire, car n’ayant pas de prédateurs. Selon l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE), leur population serait actuellement de 200 millions en Australie. Et le gouvernement les accuse de causer près de 140 millions d'euros de pertes agricoles par an.

Les lapins s'étant petit à petit immunisés à la myxomatose, introduite dans les années 50 dans le pays, les Australiens ont cette année fait appel à une nouvelle souche de la maladie hémorragique du lapin (appelée RHDV1 K5), importée de Corée du Sud. Disséminée en mars dernier, selon Sciences et Avenir, elle est capable de tuer un lapin en 48h. Elle reste infectieuse trois mois à température ambiante et peut être exportée par les insectes, les végétaux ou par des vêtements, sur lesquels elle se serait fixée. Ainsi, dans certains endroits du pays, le nombre de lapins a déjà été divisé par deux. Selon l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), la maladie "hautement contagieuse" peut tuer jusqu’à 90% des individus de l’espèce visée. 

Lire aussi

En vidéo

Chauffer sa maison grâce aux lapins, c’est (bientôt) possible !

Une maladie "hautement contagieuse"

L'inquiétude est donc grande, d'autant que le virus commence donc à s'exporter hors des frontières australiennes. En France, le virus RHD constitue la troisième cause de mortalité du lapin de garenne et la première d’origine virale, devant la myxomatose. D'après les chiffres fournis par l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) rapportés par Slate, la population des lapins subirait en France une chute vertigineuse. L’Espagne, dont les lapins ont été décimés par les maladies, s’inquiète de la décision de l'Australie et craint un accroissement des contaminations sur son territoire. Le manque de lapins sur la péninsule ibérique met en danger le lynx pardelle et l’aigle ibérique, tous deux prédateurs des petits mammifères.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent