La fin d’une espèce ? Sudan, le dernier mâle rhinocéros blanc du Nord, a été euthanasié

Sciences

FIN - Le dernier mâle rhinocéros blanc du Nord est mort au Kenya à l’âge de 45 ans. Une sous-espèce décimée par le braconnage qui ne pourrait perdurer désormais que grâce aux progrès de la science.

Sudan avait 45 ans. Mais il n’est plus. Le dernier rhinocéros mâle blanc du Nord s’est éteint. Il était né en 1973 dans le parc national de Shambe au Soudan du Sud, une période où il y avait encore 700 rhinocéros blancs du Nord sur la planète. A sa mort, il ne reste plus que deux femelles en vie, toutes deux incapables de se reproduire.

Sudan, reconnaissable à son imposante stature et sa corne arrondie, était un vieillard au regard de l'espérance de vie des rhinocéros. Ces derniers mois, son état de santé s'était dégradé. "Son état de santé s'est significativement détérioré ces dernières 24 heures, il n'était plus capable de tenir debout et souffrait beaucoup. L'équipe vétérinaire a pris la décision de l'euthanasier", a annoncé la réserve kényane d'Ol Pejeta (centre), où Sudan vivait. C'est dans cette réserve de 350 km² située à quelque 200 km au nord de Nairobi que Sudan a vécu ses dernières années, sous bonne garde, et en compagnie des deux dernières femelles de l'espèce. Ironie de l'histoire, son décès intervient au moment où des centaines d'experts du monde entier sont réunis à Medellin en Colombie pour évaluer les moyens de lutter contre l'extinction massive d'espèces sur la planète.

Lire aussi

Braconnage

Cette lente disparition est due à un facteur principal : le braconnage. Si dans leur milieu naturel les rhinocéros n'ont que peu de prédateurs, en raison de leur taille et de leur peau épaisse, de prétendues vertus médicinales attribuées en Asie à leur corne ont alimenté dans les années 70 et 80 un braconnage implacable qui a largement décimé l'espèce. Un kilogramme de corne de rhinocéros se négocie plusieurs dizaines de milliers de dollars au marché noir en Chine et au Vietnam.

La dernière population sauvage de la sous-espèce comprenait entre 20 et 30 individus en RDC et elle a disparu dans les combats à la fin des années 90 et au début des années 2000. En 2008, le rhinocéros blanc du Nord était déjà considéré comme éteint à l'état sauvage.

En vidéo

Sur Tinder, on peut matcher avec ... le dernier rhinocéros blanc du Nord du monde

La fécondation in vitro en dernier recours

La mort de Sudan marque la disparition des rhinocéros blancs en Afrique centrale mais il reste encore quelque 20.000 rhinocéros blancs du Sud en Afrique orientale et australe, selon une estimation de 2016 du Fonds mondial pour la nature (WWF).

Les chances de perpétuation de l'espèce reposent désormais sur les travaux des scientifiques qui ont prélevé le matériel génétique de Sudan et d'autres rhinocéros blancs du Nord et tentent de développer des techniques de fécondation in vitro grâce aux œufs prélevés sur les femelles et les spermatozoïdes de plusieurs mâles blancs. Mais pour l’instant, l’habitat naturel du rhinocéros blanc est encore trop dangereux s’il devait y être réimplanté.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter