La Nasa reporte (encore) le lancement de son surpuissant télescope dans l'espace

La Nasa reporte (encore) le lancement de son surpuissant télescope dans l'espace

Sciences
DirectLCI
OPÉRATION RATÉE - La Nasa a annoncé ce mercredi une nouvelle date de lancement de son télescope spatial James Webb de mai 2020 à mars 2021. C'est la cinquième fois que l'opération est reportée, tandis que le budget ne cesse de grimper.

La Nasa reporte le lancement du télescope James Webb. L'agence américaine de l'aéronautique et de l'espace a annoncé ce mercredi que l'opération qui a pour but de détecter de la lumière au fin fond de l'univers se tiendra le 30 mars 2021 plutôt qu'au printemps 2020, estimant à 80% les chances d'atteindre sa cible. 


A l'origine, le lancement du James Webb Space Telescope (JWST), avait été annoncé pour l'année... 2011. Mais une série de problèmes avait contraint la Nasa à repousser l'intégration du télescope dans le vaisseau spatial, tandis que le coût de l'opération a grimpé de 2.5 milliards à 8.7 milliards de dollars. En septembre 2017, la Nasa fixe la date à septembre 2017, puis, annonce en mars 2018 qu'elle aura lieu en 2020. Avant, encore une fois, d'être repoussée.

Le coût total du télescope passerait à 9,66 milliards  de dollars, dont 8,8 milliards pour le développement, soit 800 millions de plus  que le plafond autorisé par le Congrès. Les élus américains devront donc voter  une nouvelle rallonge au projet. Le coût de James Webb était estimé en 2007 à 4,5  milliards de dollars. 


Les auditeurs notent que le projet est l'un des plus complexes  jamais réalisés. Le télescope sera cent fois plus sensible que Hubble, lancé en 1990. Son miroir principal fera 6,5 mètres de diamètre, trois fois plus  qu'Hubble. Il sera placé en orbite autour du Soleil, à 1,5 million de  kilomètres de la Terre quand Hubble se trouve à 600 km. Il sera plié comme un origami à l'intérieur d'une fusée Ariane 5, lancée  depuis Kourou en Guyane, et son dépliage sera particulièrement délicat. Son  bouclier solaire, composé de cinq couches, sera de la taille d'un court de  tennis.

"Le télescope Webb en vaudra la peine"

Mais pas de quoi rassurer les journalistes qui ont assisté à la conférence de presse, et ont émis des doutes quant au succès de ce lancement. Alors l'administrateur de la Nasa en charge d'une mission scientifique, Thomas Zurbuchen, a tenu à rassurer le grand public, comme le rapporte le site Inverse. "Ne vous méprenez pas : je ne me réjouis pas de m'asseoir ici et vous raconter cette histoire. Nous n'avons jamais souhaité qu'une telle chose arrive. On parle toujours de nos succès. Si vous regardez l'inventaire de nos missions, vous verrez que nous avons réussi plusieurs missions sans avoir recours à la totalité du budget et à temps." 

En vidéo

ARCHIVES - La Nasa lance TESS, un nouveau chasseur d'exoplanètes

Le président de la commission d'évaluation Tom Young a expliqué à la presse  que des erreurs humaines, le manque d'expérience dans certains domaines comme  le bouclier solaire ainsi que la complexité et un optimisme excessif étaient  responsables du retard. Par exemple, un mauvais solvant a été utilisé pour nettoyer certaines  valves de propulsion et les ingénieurs ont dû les démonter et les remplacer.  Dans un autre cas, le câblage d'un appareil a été mal fait et a entraîné un  voltage trop élevé. "Dans l'espace, il faut toujours regarder le long terme, a conclu l'administrateur de la Nasa Jim Bridenstine, dans un message vidéo. Je vous  assure qu'à la fin, le télescope Webb en vaudra la peine."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter