La soie d'araignée est cinq fois plus résistante que l'acier : le mystère enfin résolu

La soie d'araignée est cinq fois plus résistante que l'acier : le mystère enfin résolu

Sciences
DirectLCI
BIOMIMÉTISME - La soie d'araignée est bien connue pour être l'un des matériaux naturels les plus solides. Mais les scientifiques savent désormais pourquoi. Explications.

"Scrute la nature, c’est là qu’est ton futur". Dès le XVe siècle, Léonard de Vinci, pionnier de la bio-inspiration, voyait la nature comme un laboratoire de recherches. Une équipe de scientifiques vient de percer, du moins en partie, l’un des secrets les mieux gardés du monde animal : celui de l’origine de la formidable résistance d’un fil de soie d’araignée. Cinq fois plus solide que l’acier, un fil de soie d'araignée assez long pour faire le tour de la Terre pèserait moins qu'un savon. La soie d’araignée possède des propriétés exceptionnelles, que nous connaissons depuis fort longtemps, sans parvenir, toutefois, à l’expliquer. 


Des physiciens américains nous apportent aujourd’hui un début de réponse. Pour déterminer pourquoi la soie d’araignée est cinq fois plus résistante que l’acier, ils ont analysé des échantillons provenant d’araignées Loxosceles reclusa, également connue sous le nom de "recluse brune",  à l’aide d’un microscope à force atomique. Ils ont constaté que chaque brin (1000 fois plus fin qu’un cheveu humain) est en réalité composé de milliers de nanofibres, ne dépassant pas 20 millionièmes de millimètres de diamètre.

En vidéo

ARCHIVES - La Chine veut recréer la route de la soie

Vers la création de nouveaux matériaux ultrarésistants ?

Dotée d’un minuscule crochet, l’araignée tisse environ 20 microboucles par millimètre de soie qu’elle produit, renforçant ainsi la structure en cours d’élaboration. L’idée selon laquelle des nanofibres constituent la soie d’araignée avait déjà été proposée. Mais jusqu’à présent, rien n’indiquait qu’elles constituaient complètement les fibres de soie. Les résultats de l'étude ont été publiés dans la revue scientifique ACS Macro Letters.


De telles recherches pourraient ouvrir la voie à la création de nouveaux matériaux pouvant être utilisés dans les domaines du textile, de la médecine, des cosmétiques ou de l’ingénierie. Jusqu’à présent, toutes les tentatives pour imiter en laboratoire la fabrication de soie d’araignée afin d'obtenir des protéines de soie génétiquement modifiées et les tisser en une fibre ne se sont révélées concluantes. Les chercheurs espèrent que leurs travaux aideront à dévoiler l’un des matériaux les plus résistants du monde naturel.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter