La sonde Parker à l'assaut du Soleil : découvrez son premier cliché

Sciences
DirectLCI
EXPLORATION - La sonde Parker, lancée en août par l'agence spatiale américaine, est devenue l'appareil à s'être rapproché le plus du Soleil dans l'histoire. L'engin devrait atteindre sa cible en 2024. Objectif : percer le mystère des ondes radios émises par les vents solaires.

La sonde spatiale Parker affronte actuellement les conditions dantesques de la couronne solaire, ce fameux "halo" qui entoure le Soleil et devient visible à l’œil nu lors d’une éclipse totale. Le 6 novembre dernier, le vaisseau spatial de la Nasa s’est approché à une distance d'environ 16.9 millions de kilomètres de notre étoile, annoncé l'agence spatiale américaine dans un communiqué. Jamais un objet construit par l’homme ne s’était rendu aussi près de notre étoile.


Au cours de sa descente, la sonde américaine, filant à la vitesse supersonique de 700.000 km/h, a capturé l’image renversante d’une éjection de masse coronale : une bulle de plasma produite par une mini-irruption solaire, fonçant tel un boulet de canon. Sur ce cliché, le premier d'une longue série, on peut également apercevoir Mercure ! En effet, la tache lumineuse que vous voyez au centre n'est rien d'autre que la petite planète la plus proche du Soleil.

L'engin, d'un poids de 685 kilogrammes, va traverser à 25 reprises l'atmosphère du Soleil d'ici à 2024. La sonde spatiale fera ses observations en s’approchant progressivement de sa surface à mesure de l’avancée de sa mission, jusqu’à se trouver à 6 millions de kilomètres de la surface de l’astre. Ce qui à l’échelle spatiale est en réalité extrêmement proche, explique à l'AFP François Gonzalez, chef de projet pour la contribution technique française au Centre national d'études spatiales (CNES).


Concrétisant ainsi le rêve d’Icare, les astronomes de la Nasa espèrent mieux comprendre pourquoi cette zone est trois cent fois plus chaude que la surface de l’astre lui-même. Et aussi pourquoi ses particules énergétiques produisent des tempêtes électromagnétiques pouvant perturber le fonctionnement du réseau électrique sur Terre. En plus de provoquer des pannes dans les systèmes électroniques des satellites et ainsi mettre en danger la vie des astronautes en mission.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter