La station spatiale chinoise Tiangong-1 retombe sur Terre : la date de l'impact désormais connue

DirectLCI
CHUTE – Hors de contrôle depuis de longs mois, la station spatiale chinoise Tiangong-1 devrait tomber bientôt sur la planète Terre. L’Agence spatiale européenne a dévoilé la date estimée de la collision. Reste encore à connaître où elle tombera.

Nos ancêtres les Gaulois craignaient que le ciel leur tombe sur la tête. Et ils ne croyaient pas si bien dire… Lancée dans l’espace en 2011, la station spatiale chinoise Tiangong-1 est ainsi sur le point d’entrer dans l’atmosphère terrestre, l’agence spatiale chinoise ayant perdu le contrôle sur son "palais céleste" - son surnom - depuis fin 2016. Ce dernier devrait tomber sur notre planète entre le 29 mars et le 3 avril, selon les calculs de l’Agence spatiale européenne (Esa), qui mise sur le 31 mars pour ce qui est de la date exacte. 

Les spécialistes ont toutefois du mal à déterminer la zone d’impact précise de ce cylindre lourd de 8,5 tonnes sur la Terre. De quoi provoquer un léger vent de panique de par le monde, d’autant que les estimations sont encore larges : "L’inclinaison de l’orbite de la station chinoise est environ de 42,8 degrés", observe Stéphane Christy, expert au Centre national d’études spatiales de Toulouse, cité par Sud-Ouest. "Cela veut dire que si on projette cette orbite sur un planisphère, la zone terrestre sur laquelle va retomber l’objet est une bande comprise entre les latitudes –42,8° et +42,8°." 

Une dangerosité à relativiser

Ainsi, le sud de l’Hexagone, la Corse et les Territoires d’Outre-Mer sont les zones françaises qui pourraient être touchées par la station. Réalisé par l’Esa, ce planisphère détaille les autres zones potentielles d’impact (en vert) : 

Lorsqu’il entrera dans l’atmosphère terrestre, le "palais céleste" va fondre pour finalement se désintégrer en plusieurs fragments. Assez pour nous menacer ? "La probabilité d’avoir un problème ou d’éventuelles victimes est extrêmement faible", nous expliquait Christophe Bonnal, spécialiste des débris spatiaux au Centre national d’études spatiales (Cnes). Selon lui, de nombreux débris tombent de l’espace chaque semaine. "Il y a eu 25.000 rentrées atmosphériques d’objets catalogués et il n’y a jamais eu d’accident majeur ni de victime", martelait-il. En attendant, les Terriens retiennent tout de même leur souffle… 

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter