Le squelette intact d'une Mérovingienne découvert à Cahors

Sciences
ARCHEOLOGIE - La ville de Cahors, dans le Lot, a été le théâtre d'une découverte archéologique inédite ce mardi 13 août. Un sarcophage a révélé le squelette quasiment intact d'une femme âgée ayant vécu à l'époque mérovingienne.

Une découverte inédite qui ravit le département du Lot. Des fouilles menées à Cahors ont permis la découverte d'un sarcophage du VIIe siècle, contenant un squelette très bien conservé. Les archéologues ont pu déterminer qu'ils étaient face à "individu féminin d'âge avancé, témoignant de problèmes d'arthrose". La gisante, "inhumée sans effet personnel", aurait ainsi vécu à l'époque mérovingienne.

Le sarcophage aurait été exposé dans une ancienne basilique

Le sarcophage était "une simple cuve en calcaire recouverte d’un couvercle à toit en bâtière à quatre pans" et "scellé par un joint en mortier", ce qui laissait présager un contenu intact, selon les spécialistes. "Un endoscope passé à travers une faille du sarcophage avait permis de vérifier cette hypothèse avant même son ouverture", explique le communiqué du département. 


Le couvercle a donc été soulevé précautionneusement par des sangles accrochées à une pelle mécanique, sous les yeux de personnalités politiques locales. L'événement est de grande importance pour la connaissance du passé du Lot et de Cahors, car cette découverte aidera à en savoir un peu plus sur la période mérovingienne, mal connue des historiens.

Le sarcophage et son contenu étaient enfouis près de l’église Saint-Barthélémy, soit "à l’emplacement probable d’un monastère fondé par Didier de Cahors au VIIe siècle", d'après l'équipe départementale. Lors de la construction de l'église Saint-Barthélémy en 1659, les fondations importantes d'une basilique mérovingienne auraient été découvertes, ainsi que plusieurs sarcophages décorés de motifs épiscopaux. Selon les historiens sur place, "le sarcophage pourrait avoir été exposé dans un lieu de passage à l'intérieur de ce monastère", laissant présager le rang social de la mérovingienne. Les fouilles préventives du site, commencées depuis le 22 juillet 2019, ont aussi permis de "recueillir beaucoup de vestiges mérovingiens, notamment des poteries" et de retrouver "ce qui semble être des traces d’une ancienne cuisine". 

Le sarcophage rejoindra les collections du musée Henri-Martin de Cahors

Ce bout d'histoire a été découvert lors des travaux d’aménagement du parvis du bâtiment départemental. Les fouilles ont nécessité un budget de 33 000 euros, réuni grâce aux efforts communs des services départementaux, de la mairie de Cahors, de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP) et du service régional d’archéologie d'Occitanie.

Suite à un accord entre le département et la ville de Cahors, le sarcophage rejoindra les collections de la ville, dans le musée Henri-Martin. Des études seront poursuivies en laboratoire par l’Inrap, dont une évaluation faite au carbone 14 pour dater la sépulture. Parallèlement, un travail de tri et d’indexation sera effectué par la cellule départementale d’archéologie du Lot pour en savoir plus ce sarcophage et son occupante.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter