Recongeler la banquise, parasol géant... Les projets les plus fous pour sauver le climat

Sciences
OPÉRATION SAUVETAGE - La Terre se réchauffe à vue d’œil. Malgré la COP21, puis plus récemment la COP22, les terres s'assèchent, la glace fond et l'eau monte. Pour les scientifiques, sauver la planète est devenu une nécessité pour laquelle ils imaginent les projets les plus fous.

La semaine dernière, il faisait 10 degrés de plus que la moyenne en Arctique. Cela fait déjà de nombreuses années que la banquise fond à une vitesse folle, sans que rien de puisse enrayer le phénomène. Selon l’Organisation météorologique mondiale, elle est, en ce mois de février 2017, à son plus bas niveau depuis le début des mesures pour cette période de l’année. La glace pourrait même disparaître complètement à l'horizon de l’été 2030, entraînant une montée des eaux dramatique. Face à la catastrophe climatique qui semble maintenant être inéluctable, les scientifiques se creusent les méninges. 

Recongeler la banquise grâce à des pompes à eau

En janvier dernier, des chercheurs de l’université d’Arizona ont présenté leur idée de génie : recongeler artificiellement la banquise grâce à des pompes à eau. Dans un article publié dans la revue Earth’s future, ils expliquent vouloir installer dans l’océan dix millions de pompes éoliennes, placées sur des bouées, afin d’aspirer de l’eau pour la recracher en surface. Pompée en profondeur, cette eau, plus fraîche, gèlerait plus facilement et permettrait ainsi la régénération rapide du manteau glacé de notre planète. D’après leurs calculs, la banquise pourrait regagner en un an son niveau d’il y a dix-sept ans. Une idée ingénieuse, mais aussi coûteuse : l’addition pourrait s’élever à 500 milliards de dollars, soit 47 milliards d’euros.

Vaporiser un spray stratosphérique

Quelques mois plus tôt, en septembre 2016, des chercheurs de Harvard proposaient la dispersion de microparticules de calcite dans la stratosphère. Celles-ci ont la particularité de refléter les rayons du soleil, et donc d’en renvoyer une partie dans l’espace. Moins ils atteignent la Terre, moins il fait chaud. La calcite serait aussi en mesure de neutraliser l’acidité relâchée par les différents polluants dans l’atmosphère, et ainsi de réparer la couche d’ozone.

Lancer un parasol terrestre

En 2006, l’Américain Roger Angel fait à son tour miroiter une solution miracle : envoyer à 1,5 millions de kilomètres de la Terre des millions de disques transparents d'environ 1 gramme et 60 centimètres de diamètre afin de réfléchir les rayons du soleil. Il faudrait alors projeter 800.000 disques dans l’espace toutes les cinq minutes pendant trente ans pour réduire l'ensoleillement de la Terre de 1,8%.

Créer des nuages artificiels

Ici, le projet est aussi poétique qu’ambitieux. Un physicien, John Latham, ainsi qu’un ingénieur, Stephen Salter, ont imaginé ensemble en 2008 ensemencer les nuages marins grâce à 1500 bateaux téléguidés. Ces navires, sans équipage, enverraient de fines particules d’eau de mer dans l’atmosphère, venant épaissir les nuages. Ceux-ci, qui couvrent tout de même un cinquième de notre planète, filtreraient alors davantage les rayons solaires et contribueraient à faire baisser la température.

Des projets chers, et surtout risqués

Malgré tout le génie déployé pour imaginer de telles roues de secours, aucune de ces idées n'a pour l'instant été mise en oeuvre. La problématique principale est bien sûr le coût. Expérimenter un de ces projets reviendrait à dépenser plusieurs centaines de millions, voire de milliards d'euros. Intervenir sur le climat pourrait aussi s'avérer risqué. Et une fois le processus lancé, difficile de revenir en arrière.

En vidéo

Réchauffement climatique : 30% des 26 000 ours polaires disparus en 2050 ?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter