Mars : bientôt le clap de fin pour Opportunity ?

Sciences
SORTEZ VOS MOUCHOIRS - Même si le robot martien n'a plus donné signe de vie depuis sept mois, l'équipe de la mission Opportunity continue de garder espoir. Mais les chances de le faire redémarrer sont minimes.

Toujours pas de nouvelles d’Opportunity. Après 15 ans de bons et loyaux services à arpenter le sol de Mars, le rover de la Nasa a été victime d’une panne, le 10 juin dernier, à la suite d’une violente tempête de sable survenue quelques semaines plus tôt près du cratère Endeavour. Cela a du même coup privé l’engin de la lumière du Soleil, ce qui l’a empêché d’alimenter ses batteries en énergie. Opportunity a donc basculé en mode "panne" et ignore depuis ce jour les appels en provenance de la Terre.


"Au cours des sept derniers mois, nous avons tenté de contacter Opportunity plus de 600 fois", a indiqué John Callas, du Nasa Jet Propulsary, la semaine dernière dans un communiqué de presse. Les ingénieurs  du Nasa Jet Propulsary, à Pasadena, en Californie, tentent en effet de sortir Opportunity de son hibernation, notamment en lui faisant écouter de la musique. Lorsqu’il s’était posé pour la première fois sur Mars, le 24 janvier 2004, la Nasa lui avait fait écouter une chanson tous les jours, dans le but de le réveiller. Un cérémonial qui avait duré tout de même trois mois, avant que le robot ne daigne ouvrir l’œil. Lorsqu’il se trouve en mode "veille", seul subsiste son horloge interne, chargée de le "réveiller" à intervalles réguliers pour vérifier si ses batteries se rechargent. 

L'hiver martien arrive et les chances d'Opportunity s'amenuise

Les ingénieurs ont d’abord pensé que la tempête de sable avait simplement projeté du sable sur les panneaux solaires. En effet, en écorchant le sol martien, les bourrasques soulèvent de très fines poussières. La Nasa mène donc des opérations de nettoyage de ces panneaux depuis novembre. L'agence spatiale américaine espère notamment que de nouvelles bourrasques permettront de balayer la poussière, de sorte à ce que le petit robot puisse recharger à nouveau ses batteries. Mais la saison des grands vents va bientôt se terminer autour du cratère d’Endeavour, amenuisant d'autant les chances de réussite.


Dans le même temps, les ingénieurs ont fourni de nouvelles commandes à l’appareil, dans le but de le pousser à envoyer un "signal" vers la Terre bien que son horloge interne ait été détraquée lors du passage de la tempête. Ils ont également modifié le mode de communication avec le robot, au cas où ses radios principales et celle à bande X seraient défaillantes. Un scénario que la Nasa estime cependant peu probable. 

Nous continuons de rechercher toutes les solutions logiques qui pourraient nous permettre d'entrer à nouveau en contact avec luiJohn Callas, chef de la mission Opportunity.

"Bien que nous n'ayons pas eu de nouvelles du rover et que la probabilité que nous en ayons diminue chaque jour, nous continuons de rechercher toutes les solutions logiques qui pourraient nous permettre d'entrer à nouveau en contact avec lui", a expliqué John Callas. Le chef de la mission en a profité pour saluer le travail accompli par ce "magnifique engin d’exploration", mais également par l’ensemble de l’équipe au sein du Nasa Jet Propulsary. Une déclaration qui a tout d’un discours d’adieu. "Nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour communiquer avec Opportunity, mais à mesure que le temps passe, la probabilité d'un contact réussi avec le rover continue de diminuer", a-t-il reconnu.

Spirit, le frère jumeau d’Opportunity, arrivé trois semaines plus tôt sur la planète rouge, avait rendu l’âme en mars 2010. Après s'être enlisé dans un sable épais, le rover avait perdu la capacité de s'orienter pour capter la lumière du Soleil et avait donc fini par mourir de froid. C’est d'ailleurs ce qui risque d’arriver à Opportunity s'il ne se réveille pas très bientôt. Le petit robot va maintenant devoir en effet faire face face aux assauts de l’hiver martien et ses températures extrêmes, ce qui pourrait l'endommager davantage s’il n’a pas assez de puissance pour se maintenir au chaud.


Rappelons que Spirit et Oppurtiny ont été conçus initialement pour une mission d'une durée de 90 jours martiens (soit 24 heures et 40 minutes). Les deux compères ont permis aux scientifiques d’en apprendre beaucoup sur Mars. On peut donc dire que les deux robots martiens ont largement rempli leur part du contrat. La Nasa peut toujours compter sur Curiosity, qui explore la surface de Mars depuis août 2012. Récemment, il a notamment découvert une roche mystérieuse d'une brillance exceptionnelle. L'aventure martienne continue.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La Lune avant Mars : la conquête spatiale redécolle

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter