Découverte de trois planètes de la taille de la Terre potentiellement "habitables"

Sciences
ESPACE - Des astronomes ont mis en évidence un système de sept planètes autour d’une étoile naine. De la taille de la Terre, trois d’entre elles pourraient abriter de l’eau liquide et potentiellement de la vie.

Et s’il y avait bien une vie possible ailleurs ? Lors d’une conférence de presse à la Nasa, des astronomes ont annoncé la découverte, mercredi, de sept nouvelles planètes situées hors de notre système solaire, à 39 années-lumière de la Terre. Toutes de la taille de cette dernière, et situées autour d’une étoile naine, trois d’entre elles pourraient abriter de l’eau liquide et donc potentiellement de la vie. 


Dans cette étude publiée par le magazine Nature, les scientifiques dévoilent que ces planètes forment un système tournant autour d’une petite étoile ultra-froide baptisée TRAPPIST-1 situé dans la constellation du Verseau. Elle est appelée ainsi car sa température de surface (2.200°C) est très inférieure à celle d’autres astres comme le Soleil (5.500°C). 

De l'eau et donc de la vie possible

Les températures de trois de ces planètes, proches de celles de la Terre, les placent dans la zone dite d’habitabilité (ni trop chaude ni trop froide), susceptible de présenter des océans d’eau liquide en surface. Un des prérequis à l’existence possible d’une forme de vie.


Ces sept planètes sont pour la première fois toutes rocheuses et d’une taille assez similaire. Elles tournent autour de la naine rouge en 1,5 à 12 jours, et se trouvent beaucoup plus près de leur étoile que la Terre du Soleil.

Cette découverte est due au travail de chercheurs belges de l’université de Liège spécialisés dans la recherche de systèmes planétaires habitables, disposant donc d’eau liquide, et de vie extraterrestre. "A présent, nous avons la bonne cible" pour rechercher la présence de vie éventuelle sur des exoplanètes, a expliqué Amaury Triaud, coauteur de l'étude.

"L’une des plus grandes découvertes"

Trois de ces planètes avaient été mises en évidence dès la fin 2015 par l’équipe du chercheur belge Michaël Gillon grâce au télescope TRAPPIST (TRAnsiting Planets and PlanetesImals Small Telescope) de l’Observatoire européen austral situé au Chili. Mobilisant plusieurs télescopes aux quatre coins du monde, dont le Spitzer de la Nasa, les scientifiques ont pu affiner leurs observations initiales. "C'est la première fois que l'on détecte autant de planètes de taille  terrestre dont trois potentiellement ‘habitables’, pour lesquelles une étude poussée est possible avec la technologie actuelle, y compris la détermination de la composition atmosphérique et la recherche de traces chimiques de vie", a déclaré à l'AFP Michaël Gillon.


"Vingt ans après les premières exoplanètes, il s'agit sans nul doute d'une des plus grandes découvertes dans le domaine des planètes extrasolaires", estime Didier Queloz, de l'Université de Genève, coauteur de l'étude. "La recherche du vivant sur une autre planète est aujourd'hui à portée de main". 


Et l’entrée en fonctionnement du télescope spatial James Webb par la Nasa en 2018 devrait permettre d’en apprendre encore davantage sur ces planètes.

En vidéo

Les trois exoplanètes découvertes lundi gravitent autour d'un soleil nain

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter