Nouvelle-Calédonie : un séisme de magnitude 7 ressenti jusqu’à Nouméa, l'alerte au tsunami levée

Nouvelle-Calédonie : un séisme de magnitude 7 ressenti jusqu’à Nouméa, l'alerte au tsunami levée

Sciences
DirectLCI
TREMBLEMENT DE TERRE – Plusieurs secousses ont affecté l’île dans la journée de dimanche. La plus forte a atteint une magnitude de 7, sans faire de dégâts notables, selon les premières informations. Le séisme s’est produit à environ 85 kilomètres des îles Loyauté.

Un séisme de magnitude 7 s’est produit à l’est de la Nouvelle-Calédonie lundi matin, selon les informations de l’institut géologique américain (USGS). Initialement rapporté à 7,2, puis 7,3, le tremblement de terre a été fortement ressenti mais n’a pas provoqué de dégâts notables, selon les premières constatations. Une alerte au tsunami avait été lancée peu de temps après la secousse. Les sirènes ont été déclenchées dans les zones concernées et les populations ont été évacuées. Plusieurs premières secousses avaient été ressenties au cours de la journée précédente, qui pouvaient laisser présager d’un séisme plus important. "Il y avait déjà eu une secousse hier soir, puis à 2 heures et 6 heures du matin, et une plus forte dans la matinée. Les véhicules stationnés ont bougé et tout le monde est sorti des locaux", a indiqué à l'AFP un fonctionnaire travaillant pour l'antenne de la province des îles Loyauté à Maré.      


La secousse s’est produite à quelque 85 kilomètres à l’est de cette province de Nouvelle-Calédonie, et à 25 kilomètres de profondeur, a précisé l’USGS. Le séisme a également été ressenti à Nouméa, suscitant de nombreux commentaires sur les réseaux sociaux. "J'ai cru que je faisais un malaise, j'ai eu très peur et j'ai quitté l'immeuble sur le champ", a déclaré à l'AFP l'employé d'une société de production dont le siège est en centre-ville.

Des vagues ont été observées en Nouvelle-Calédonie et à Vanuatu après le séisme, incitant les autorités à préconiser l'évacuation des bandes côtières des îles Loyauté et de l'île des Pins. "Compte tenu de sa profondeur, de sa localisation et de sa magnitude, des mouvements anormaux du niveau de la mer de 30 cm à 1 mètre d'amplitude (15 à 50 cm de hauteur de vague) pourraient être observés, sur les îles Loyauté et l'île des Pins", a indiqué initialement la direction de la Sécurité civile et de la gestion des risques.

   

"Les bandes côtières doivent être évacuées. "Les autorités de Vanuatu ont elles aussi recommandé aux habitants des provinces les plus au sud d'évacuer les côtes pour regagner les terres. Selon le Centre d'alerte des tsunamis dans le Pacifique (PTWC), des vagues atteignant un mètre au-dessus de la ligne de marée haute risquaient de toucher la Nouvelle-Calédonie. Leur ampleur, qui varie en fonction du littoral avec la présence des barrières de corail, devait être moindre à Vanuatu. Un prochain tsunami plus important aurait ensuite pu frapper, a précisé le PTWC peu de temps après le séisme. Toutefois, lundi midi, la direction de la sécurité civile et de la gestion des risques a décidé de lever le dispositif d'alerte tsunami.

"Il y a une forte activité depuis trois semaines. Ils ont dû avoir très peur à Maré (5 650 habitants)", a déclaré Pierre Lebellegard, sismologue à l'IRD (Institut de recherche pour le développement). "C'est quelque chose qui revient régulièrement tous les dix à quinze ans. C'est la plaque australienne sur laquelle on se trouve qui passe sous la plaque Pacifique", a-t-il ajouté. Le chercheur a également indiqué que "la magnitude 7 était normalement le maximum qu'on peut avoir dans la région" et que le séisme de lundi matin était "le plus fort" observé au cours de ces dernières semaines.  La région entre la Nouvelle-Calédonie et le Vanuatu (600 km à l'est de la Calédonie, ndlr),  fait partie de la Ceinture de feu du Pacifique, une des zones d'activité sismique les plus intenses de la planète.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter