VIDEO - Bravant l'alerte aux requins, des volontaires tentent de sauver des centaines de baleines échouées

DirectLCI
COURSE CONTRE LA MONTRE - Malgré une alerte aux requins, 500 volontaires tentent de sauver des centaines de baleines échouées depuis vendredi sur une plage de Nouvelle-Zélande. Mais le temps manque. 300 d’entre elles sont déjà mortes.

L’échouage mortel a repris ce samedi. 200 nouvelles baleines ont été découvertes sur les plages de Farewell Spit en Nouvelle Zélande. Vendredi, 416 cétacés s’étaient déjà échoués au même endroit. Malgré les efforts de centaines de volontaires, rien n’y fait. Près de 300 baleines sont déjà mortes. 

 

Samedi, quelque 150 de ces volontaires ont même défié une alerte aux  requins pour former un  mur humain dans la mer afin de s'efforcer  d'empêcher le retour des survivantes remises à flot ainsi que l'arrivée de 200  nouvelles baleines.

"Malgré les efforts déployés par tous pour prévenir de nouvelles pertes  (...), quelque 200 baleines-pilotes qui nageaient librement se sont échouées",  a déclaré Herb Christophers, porte-parole du département de la protection de  l'environnement (Department of Conservation, DOC).

Des baleines qui peuvent peser jusqu'à 2 tonnes

Vendredi, 416 baleines-pilotes, également appelées globlicéphales, avaient  été découvertes sur cette plage de Farewell Spit dans la région de Golden Bay,  dans l'extrême nord de l'île du Sud, l'une des principales îles qui forment la  Nouvelle-Zélande.  


Mais leurs efforts ont dû être interrompus au crépuscule. Le nouveau groupe  de quelque 200 baleines s'est échoué à marée basse à environ 3 km de l'endroit  où le premier groupe s'était échoué vendredi. Les baleines-pilotes, l'espèce la plus répandue dans les eaux  néo-zélandaises, peuvent peser jusqu'à deux tonnes et mesurer jusqu'à six  mètres de long.

Volontaire allemande en larmes

 La plage de Farewell Spit offrait samedi un spectacle de désolation avec  "un alignement de baleines mortes", a confié au New Zealand Herald Tim Cuff, un  spécialiste des mammifères marins de Project Jonah.

 

Il décrit le chagrin d'une volontaire allemande après la mort d'une baleine  qu'elle avait essayé de protéger du soleil matinal en attendant la marée haute  pour la remettre à flot. Elle "ne voulait pas l'abandonner. Elle pleurait en  s'accrochant à elle".

Les premières hypothèses sur cet échouage de masse

"Nous pouvons peut-être sauver certaines des baleines échouées", a ajouté  Herb Christophers, soulignant qu'une remise à flot ne garantissait pas  forcément la survie car les baleines peuvent toujours revenir s'échouer. Une vingtaine des baleines sauvées après l'échouage de vendredi ont ainsi  dû être euthanasiées samedi.


"Nous ne savons pas pourquoi (le nouveau groupe de 200 baleines) est entré  dans la baie", a déclaré Daren Grover, directeur général de l'organisation  environnementale Project Jonah qui participe aux opérations de sauvetage.


Les baleines "ont peut-être répondu à des signaux émis par les baleines  déjà entrées. C'est très inhabituel, nous n'avons rien vu de tel auparavant",  a-t-il ajouté. Un ranger du DOC, Mike Ogle, a déclaré à Radio New Zealand que les cétacés  pouvaient avoir été poussés à se diriger vers les hauts fonds par la crainte  des requins.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter