Nuage radioactif : la Russie cache-t-elle un accident dans un centre de retraitement des déchets nucléaires ?

DirectLCI
ATOMIQUE – Du ruthénium-106 a été détecté en quantités importantes, fin septembre, dans le ciel européen en provenance probable de Russie. Parmi les hypothèses envisagées : celle d'un accident dans un centre de retraitement des déchets radioactifs. LCI a interrogé Jean-Christophe Gariel, directeur de la santé à l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, pour tenter d'en en savoir plus.

Faut-il s’inquiéter ? Alors que plusieurs instituts européens de surveillance de la radioactivité avaient indiqué, fin septembre, avoir détecté d’importantes quantités de ruthénium-106 – un produit de fission issu de l'industrie nucléaire, par ailleurs utilisé dans certains traitements médicaux – provenant probablement de Russie, l'agence russe de météorologie Rosguidromet a reconnu lundi qu'une concentration "extrêmement élevée" de cet élément chimique avaient été décelées dans plusieurs régions du pays des Tsars, excédant de près de 1000 fois les niveaux relevés un mois auparavant. Pour l'heure, le géant public de l’énergie atomique Rosatom dit n'avoir enregistré "aucun incident ni panne" sur ses installations nucléaires mais des ONG, Greenpeace en tête, contestent cette affirmation.  

En vidéo

En France, la centrale de Belleville-sur-Loire dans le viseur du gendarme du nucléaire

Qu’est-ce que le ruthénium-106 ? Comment a-t-il pu se propager ainsi dans l’atmosphère ? Est-il dangereux pour la santé ou pour l’environnement ? Que s'est il passé en Russie ? LCI a interrogé Jean-Christophe Gariel, directeur de la santé à l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), pour tenter d’y voir plus clair. En l'absence de précisions des autorités russes, le spécialiste de l'atome nous détaille les principales hypothèses envisagées.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter