Objectif Mars : les trois "bottes secrètes" de Perseverance, l'astromobile de la Nasa

Le rover de la Nasa doit atterrir sur Mars en février 2021.
Sciences

Toute L'info sur

La Lune avant Mars : la conquête spatiale redécolle

EXPLORATION SPATIALE - La Nasa a dévoilé le nom de son prochain rover martien : Perseverance. L'engin quittera la Terre cet été et arrivera sur la planète rouge en février 2021. L'occasion de s'en savoir un peu plus sur ce petit bijou de technologies.

Perseverance, comme l’a baptisé la Nasa, deviendra le cinquième véhicule exploratoire sur la petite planète rouge. De la taille d'une voiture (3 m de long pour 2,70 m de large), l’engin roulera dans les traces de Sojourner (arrivé sur Mars en 1997), Spirit et Opportunity (2004), ainsi que Curiosity, sur place depuis 2012.

Perseverance quittera la Terre depuis la base de lancement de Cap Canaveral, entre le 17 juin et le 5 août. Son arrivée sur Mars est programmée pour février 2021, dans un cratère du nom de Jezero. Pour se déplacer sur le sol martien, l’astromobile de la Nasa utilisera un mini-réacteur nucléaire et des panneaux solaires qui alimenteront ses instruments de bord. Nous vous présentons trois autres de ses caractéristiques. 

En vidéo

EXPLORE - De Sojourner à Curiosity : une petite histoire des robots martiens

Il embarque un petit drone

Fixé sous le capot de l'astromobile, le Mars Helicopter Scout (MHS) sera déployé juste après l’arrivée de Perseverance sur le sol martien. Il s’agit d’un modèle expérimental qui évaluera la pertinence ou non de l’usage de ce type de technologie à l’avenir. L’engin, de la taille d’un ballon de basket, s'élèvera à la verticale jusqu'à une hauteur de 3 mètres avant d'effectuer du surplace durant 30 secondes. Quatre  vols de quelques centaines de mètres sont également prévus.

L'hélicoptère se déplacera dans les airs grâce à deux rotors bipales tournant en sens contraire. La vitesse de rotation est comprise entre 2.400 et 2.900 tours par minute (soit 10 fois celle d'un hélicoptère sur Terre), pour pouvoir être efficace dans l'air particulièrement peu dense de Mars. Équipé d’une caméra de navigation et d’une caméra couleur à haute résolution, il réalisera des prises de vue du terrain à basse altitude. Elles seront ensuite envoyées vers la Terre. Compte tenu du délai des échanges avec la Terre (16 minutes dans la configuration la plus favorable), il volera manière autonome à partir d'instructions transmises avant de décoller. Une fois la phase d'expérimentation achevée, il sera abandonné sur place.

Lire aussi

Il encapsulera des échantillons

Lors de ses pérégrinations sur la surface martienne, Perseverance recherchera des roches susceptibles d'avoir préservé des traces chimiques de la vie passée ou présente sur Mars. Le petit robot  sera donc chargé de récolter des échantillons sur des roches volcaniques ou d'une nature à permettre d'identifier les changements intervenus sur l'environnement du site au cours du temps.

Dès qu’une roche aura été sélectionnée par les équipes scientifiques sur Terre, une "carotte" de 5 centimètres de profondeur sera prélevée, broyée et un échantillon de 15 grammes sera ensuite stocké dans un tube scellé de manière hermétique. L'équipe projet sur Terre a défini plusieurs sites dans lesquels les 43 tubes d'échantillons devront être déposés. Les coordonnées des différents dépôts seront relevées par les orbiteurs martiens avec une précision proche du mètre.

En vidéo

3D IMMERSIVE - La vie sur Mars comme si vous y étiez !

Il va tenter de produire de l’O2

La conquête de l'espace passe par l'utilisation des ressources se trouvant sur d'autres planètes. Les humains ne peuvent en effet pas envisager de missions à long terme sans avoir de source d'approvisionnement en eau, en oxygène et peut-être même en combustible : la charge à transporter depuis la Terre serait beaucoup trop importante... et coûteuse.

En vue des prochaines expéditions humaines, Perseverance aura donc pour mission de réaliser une démonstration des technologies d'utilisation des ressources in situ en produisant des ergols et de l'oxygène à partir de l'atmosphère martienne. En clair, il s'agira d'extraire du dioxyde de carbone de l'atmosphère martienne, de le filtrer et de le préparer pour être ensuite chimiquement transformé en oxygène.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent