On a découvert la plus ancienne plante sur Terre, et elle a 1,6 milliard d'années

Sciences

SCIENCE - Des scientifiques ont découvert en Inde la plus ancienne plante fossilisée connue, apparemment une algue rouge, vieille d'environ 1,6 milliard d’années.

Dans son livre de 1859 intitulé L’origine des espèces, Charles Darwin envisageait l’évolution comme un arbre. "Un grand arbre de la vie", comme il le surnommait, "qui remplit l’écorce terrestre avec ses branches mortes et brisées, et couvre sa surface avec ses belles ramifications toujours actives", écrivait le plus célèbre des naturalistes anglais. Depuis, les scientifiques ont tout fait pour le reproduire. Et au fil du temps, cet arbre de la vie a été régulièrement complété et mis à jour au gré des dernières découvertes.

Des paléontologues viennent justement de découvrir,  près de la ville de Chitrakoot, en Inde centrale, où se trouvait une mer peu profonde, ce qui semble être la plus ancienne plante fossilisée connue. On pensait jusqu’à présent que les premiers organismes multicellulaires n’étaient apparus qu’il y a 600 millions d’années. Or, cette algue rouge, découverte dans des formations calcaires contenues dans des sédiments de phosphorite, daterait d’il y a environ 1,6 milliard d’années, selon ces chercheurs, dont les travaux ont été publiés mardi dans la revue scientifique PLOS Biology

Ce fossile indien est 400 millions d’années plus ancien que les précédents spécimens d'algues rouges fossilisées mises au jour avant cela, et de loin la plus vieille plante fossilisée jamais découverte jusqu'à présent. Les chercheurs ont pu regarder à l’intérieur de l’algue par tomographie microscopique aux rayons X, qui fournit des images en 3D. Et on observé dans chaque cellule de l'algue ancienne ce qui semble être des parties de chloroplaste, où se produit la photosynthèse des plantes. Des structures régulières, au centre de la membrane de toutes les cellules, indiquent qu’il s’agit bien d’un spécimen d’algue rouge. 

L’ère de la vie visible semble avoir commencé beaucoup plus tôt qu’on ne pensait- Stefan Bengtson, professeur émérite de paléozoologie au Musée suédois d’histoire naturel

"On ne peut pas être totalement certains qu’il s’agit d’algues rouges pour des spécimens aussi anciens dans lesquels il ne reste pas d’ADN, mais les traits correspondent bien à la morphologie et à la structure d’une algue rouge", explique cependant Stefan Bengtson, professeur émérite de paléozoologie au Musée suédois d’histoire naturelle, un des auteurs de l'étude. Les premières traces de vie sur Terre datent d’au moins  3,5 milliards d’années. Cependant, il s’agissait alors d’organismes unicellulaires qui, à la différence des organismes eucaryotes multicellulaires (animaux, plantes, champignons), n’ont pas de noyau.

Voir aussi

"L’ère de la vie visible semble avoir commencé beaucoup plus tôt qu’on ne pensait", conclut le professeur Bengtson. Les premières formes de vie complexe, les eucaryotes, sont, en effet, devenus fréquents beaucoup plus tard dans l’histoire de la planète. Et pour cause : la teneur en oxygène de l'atmosphère, il y a 2 milliards d'années, n'était pas suffisante pour permettre la naissance d'une couche d'ozone protégeant les organismes primitifs sur le sol. Toutefois, il y en avait assez pour qu'il pénètre profondément dans les océans. 

En vidéo

VIDÉO - DÉCOUVREZ LE PLUS VIEUX FOSSILE AU MONDE

Lire et commenter