Oubliez l'astéroïde ou le vaisseau spatial, Oumuamua serait bel et bien une comète qui a dégazé

Sciences
DirectLCI
ESPACE - D'abord qualifié de comète, puis d'astéroïde et même de sonde extraterrestre, l'objet astronomique Oumuamua continue de faire parler de lui, plus d'un an après son passage dans notre Système solaire.

Il a quitté notre Système solaire depuis plus d’un an. Pourtant, dans le petit monde des astrophysiciens, l’objet astronomique 1I/2017 U1, plus connu sous le nom de "Oumuamua", continue de faire jaser. Certifié comme étant le "premier objet détecté venant d'un autre système stellaire", ce rocher spatial d’aspect rougeâtre et long d'une centaine de mètres avait aussi surpris par sa forme très inhabituelle (dix fois plus long que large, comme un cigare), ainsi que sa vitesse élevée : 20 kilomètres par seconde. 


A la suite de sa découverte, le 19 octobre 2017 dans la base de données du télescope hawaïen Pan-STARRS, plusieurs observatoires avaient pisté sa course à travers le Système solaire jusqu’à ce qu’on perde sa trace début janvier 2018, au fur et à mesure qu’il s’éloignait du Soleil. Disposant des données d’observation sur soixante-seize jours, des équipes d’astronomes s’étaient penchées sur cet étrange visiteur venu des lointaines contrées de l’univers, en tentant de déterminer sa nature exacte.

Une étrange accélération

Est-ce un astéroïde ? Une comète ? Ou bien encore, comme le suggéraient deux astrophysiciens de l’université de Harvard, une sonde opérationnelle envoyée intentionnellement près de la Terre par une civilisation extraterrestre ? La nature réelle de cet intrus continue aujourd’hui encore de susciter de vifs débats au sein de la communauté scientifique. Car, comme disait le cosmologiste américain Carl Sagan, "une affirmation extraordinaire demande des preuves extraordinaires".


A l’origine du désaccord, se trouve notamment le fait que l’objet est plus rapide que ce qu’il devrait être, comme l’ont montré des simulations effectuées au sol. Une différence entre les calculs et les observations qui avaient surpris les astronomes.

Faisons le point : de manière générale, lorsqu’un astéroïde traverse le Système solaire, sa trajectoire est gouvernée par les lois de la gravitation - c'est ce qu’on appelle les lois de Kepler. Or, des observations ont montré que Oumuamua ne les suit justement pas. Ce n’est pas étonnant, avaient fait valoir d’autres scientifiques, puisque c’est également le cas des comètes.  Ces dernières sont généralement soumises à deux types de force : la gravitation du Soleil, d’une part, et ce qu’on appelle la pression de radiation du Soleil, d’autre part.


Le hic, c’est qu’on ne voit pas de queue à l’extrémité de Oumuaman. La trajectoire de ce dernier ne peut donc pas s'expliquer de la même manière qu’une comète classique. Même si personne n'a véritablement songé à la possibilité qu'il s'agisse d'un vaisseau (pas même les auteurs de cette théorie, d'ailleurs), pour s'en assurer, deux radiotélescopes avaient effectué l'an dernier des écoutes radio de l'objet. Mais aucun signal n'avait été détecté.

Des jets de vapeur d'eau causés par la chaleur du Soleil ?

De nouvelles recherches menées par une équipe de scientifiques de l’université de Yale et de l'institut de technologie de Californie (Caltech), aux Etats-Unis, pourraient néanmoins mettre tout le monde d’accord, une bonne fois pour toute. Leurs travaux, à paraître prochainement dans la revue The Astrophysical Journal, laissent entendre que la chaleur émise par les rayons du Soleil auraient pu entraîner des jets de vapeur d'eau, occasionnant de ce fait la petite accélération détectée par les différents observatoires terrestres et spatiaux. Cela expliquerait, en outre, l'absence de queue et de "dégazage".

Sans surprise, les opposants à l’hypothèse de la comète ne sont pas convaincus par ces nouveaux résultats. Interrogé par le site Scientific Amercicain, l'astronome Abraham Loeb,  de l’université de Harvard, à l'origine de la théorie de la sonde extraterrestre, a déclaré que ces découvertes reposent à tort sur l'hypothèse que les objets extra-solaires agissent comme des objets du Système solaire.


Vous l'aurez compris, cette comète, ou plutôt ce que l’on croit désormais être une comète dépourvue de queue, n’a pas fini de faire parler d'elle. D'autant que plusieurs projets, tels que Lyra ou Breakthrough Starshot, envisagent d’envoyer (pas avant deux décennies) une sonde ultrarapide qui rattraperait Oumuamua. Elle pourrait alors prendre des photos sur place et nous les envoyer. Et peut-être enfin nous révéler sa véritable nature.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter