Pas besoin de SpaceX ou d'être milliardaire pour jouer dès aujourd'hui les touristes de l'espace

Sciences
DirectLCI
TOURISME SPATIAL - Inutile de débourser des centaines de milliers de dollars pour admirer la courbure de la Terre depuis le ciel. Des sociétés proposent déjà des escapades pour aller flirter avec la frontière de l'espace.

Le cosmos, future destination à la mode ? Le PDG de SpaceX, Elon Musk, a annoncé lundi que deux touristes réaliseront un vol autour de notre satellite à la fin de l’année prochaine. Aucune mission habitée n’est retournée dans l’orbite lunaire depuis la mission Apollo 17 de la NASA, en décembre 1972. Et pour cause : aller dans l'espace est dangereux. A l'instar de ces deux "happy few", les premiers clients du tourisme spatial seront des individus conscients du risque mortel qu'ils encourent. Incontestablement. 


L’explosion de la navette spatiale Columbia en février 2003, avec sept membres d’équipage à son bord, est là pour nous rappeler les dangers d’un tel voyage. Tout comme le crash de la navette SpaceShipTwo de Virgin Galactic, tuant l'un de ses deux pilotes, il y a un peu moins de trois ans. Bref, voyager dans l'espace, c'est toujours compliqué. Et même si depuis une décennie se multiplient les projets de sociétés privées proposant à des citoyens lambdas de flirter avec la frontière de l’espace, le grand saut reste encore réservé à une élite.

Un ticket à 17.000 euros

Le coût du billet, actuellement ? 250.000 dollars par personne pour un futur périple à la frontière de l'espace chez Virgin Galactic. Un prix qui n’a pas empêché 650 "clients" impatients d’avoir déjà réservé leur place. Et parmi eux, Leonardo di Caprio, Ashton Kutcher, ou encore l’astrophysicien britannique, Stephen Hawking. Quant à SpaceX, on ne connaît pour l'instant pas la somme qu'on dû débouser les deux premiers touristes de l'espace de l'entreprise crée par le fondateur de Telsa. Pourtant, nul besoin d’aller de dépenser autaut pour contempler la courbure de la Terre et le scintillement des étoiles depuis là-haut. 


Puisque l'Agence de voyage Tematis, spécialisée dans les "expériences extraordinaires", propose depuis plusieurs années des vols stratosphériques depuis la base aérienne russe de Nizhny Novgorod à bord d’un Mig-29, l’un des rares avions de chasse à pouvoir évoluer à de telles altitudes. Et pour beaucoup moins cher... A environ 17.000 euros la balade, la formule séduit une dizaine de personnes par an.  Ce n'est pas donné, mais tout de même quatre à cinq fois moins cher que le prix d’un vol suborbital. La promesse d'un espace bientôt accessible à tous... ou presque.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter