Passé près de la Terre en 2017, l'astéroïde Oumuamua est-il en fait un vaisseau envoyé par des extra-terrestres ?

Sciences
DirectLCI
MYSTÉRIEUX - Si le bolide interstellaire Oumuamua suscite de nombreuses questions depuis sa découverte en octobre 2017, une récente étude menée par des astronomes de l'université d'Harvard laisse entendre qu’il pourrait en fait s’agir d’une sonde extraterrestre.

Nous sommes le 19 octobre 2017. Les antennes du radiotélescope Pan-STARRS1, basé à Hawaï, détectent un étrange objet venu d’ailleurs. De la forme d’un cigare, cet astéroïde, long de 400 mètres et large de 40 mètres, vole à la vitesse de près de 100.000 kilomètres par heure. Le bolide s'est vu attribuer le nom scientifique de 1I/2017 U1 (I pour interstellaire). Les astronomes l’ont pour leur part baptisé "Oumuamua", un mot hawaïen qui désigne un "messager venu de loin". L'objet, de couleur rouge, ne ressemble à aucune forme connue parmi les quelque 750.000 objets observés jusqu’ici dans notre galaxie. 


Dans un article qui sera publié le 12 novembre prochain dans la revue Astrophysical Journal Letters, deux astronomes du Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics, aux Etats-Unis, expliquent que ce mystérieux objet pourrait bien être un vaisseau spatial extraterrestre envoyé pour explorer la Terre. "Oumouamoua pourrait être la première sonde opérationnelle envoyée intentionnellement dans le voisinage de la Terre par une civilisation extraterrestre", suggèrent les deux scientifiques d'Harvard.

Une "voile solaire" pour se déplacer...

Depuis sa découverte, les scientifiques ont du mal à expliquer ses caractéristiques pour le moins inhabituelles et son origine précise. Ils ont d’abord qualifié Oumuamua d’astéroïde, puis de comète, avant de le considérer comme une nouvelle classe : un "bolide interstellaire". 


Pour appuyer leur hypothèse, les deux astronomes d’Harvard évoquent le fait qu’Oumuamua se déplace à une vitesse plus rapide qu’attendu. L’accélération excessive pourrait s’expliquer par la pression des radiations solaires, ou "voile solaire". Mais, cela n’est possible que pour des corps célestes "qui ont une grande surface et sont très fins, ce qui n’existe pas dans la nature". D’où l’autre explication : c’est une sonde propulsée.

Le bolide reste désespérément silencieux

Lors de son passage éclair au plus près du soleil, deux équipes de scientifiques américains du SETI et du projet Breakthrough Listen avaient braqué les antennes de leurs radiotélescopes pour enregistrer des signaux qui pourraient être émis par l'astéroïde. Cependant, comme on pouvait s’y attendre, ni les émetteurs Allen Telescope Array (Californie), ni la parabole géante de l'observatoire de Green Bank (Virginie-Occidentale) n'ont détecté un quelconque signal qui aurait été émis depuis Oumuamua. 


Selon toute vraisemblance, ce mystérieux astéroïde pourrait avoir été éjecté de son étoile hôte lors d'événements chaotiques il y a des milliards d'années. Depuis son passage, il s'éloigne un peu plus chaque jour de la Terre. En mai dernier, il est passé à proximité de Jupiter en mai 2018  et devrait poursuivre sa route au-delà de Saturne en janvier 2019, il sortira alors de notre Système solaire pour prendre la direction de la constellation de Pégase. En attendant, l’enquête se poursuit.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter