DATAS - Pays, âge moyen, sexe... : qui sont les lauréats du prix Nobel de chimie depuis 1901 ?

Sciences

DÉCRYPTAGE - Le Nobel de chimie a été remis ce mercredi 9 octobre aux trois inventeurs de la batterie au lithium. LCI vous livre quelques données intéressantes pour vous faire une idée du profil-type des scientifiques qui ont reçu cette distinction depuis 1901.

La grand-messe des Nobel se tient cette année jusqu'au 14 octobre. Cette distinction vient récompenser des "personnes ayant apporté le plus grand bénéfice à l’humanité" à travers leurs découvertes scientifiques, leur engagement ou encore leur talent littéraire. 

Dévoilés ce mercredi, les lauréats 2019 dans la catégorie "chimie" sont l'Américain John Goodenough, le Britannique Stanley Whittingham et le Japonais Akira Yoshino pour l'invention des batteries au lithium.  Cela porte au total le nombre de lauréats à 183 dans cette catégorie. En s'appuyant sur la gigantesque quantité de données disponibles sur le site internet de l'Académie des Nobel, LCI a dressé un portrait-robot dont voici un petit aperçu.

Tout d'abord, regardons en détail la nationalité des lauréats. Comme le montre le graphique ci-dessus, les Etats-Unis sont largement en tête des pays possédant le plus grand nombre de lauréats au Nobel de physique. Le premier lauréat américain dans ce domaine fut Theodore William Richards, qui a reçu le prix en 1914 en reconnaissance "de ses déterminations précises des poids atomiques d'un grand nombre d'éléments chimiques". 

Sur la deuxième marche du podium, loin derrière les Etats-Unis (78 lauréats), vient ensuite le Royaume-Uni (33) et l'Allemagne (32). La France, avec 11 lauréats au compteur, occupe la quatrième place.  Le premier Français décoré fut Henri Moissan en 1906, pour l'ensemble de sa carrière où il a notamment découvert le fluor et inventé le four électrique.

*Il n'existe pas de classement officiel des prix Nobel par pays, comme nous l'a indiqué l'Académie des Nobel, puisqu'"il est difficile d'établir un palmarès du fait qu'il faudrait à la fois tenir compte du lieu de naissance, de la citoyenneté du lauréat, ainsi que de l'institution scientifique dans laquelle il effectuait ses recherches". Pour établir ce classement, nous avons pris le parti de comptabiliser un lauréat dans son pays d'origine et dans celui pour lequel il a effectué ses travaux.

Autre constat, certes moins surprenant mais qui saute quant même aux yeux en scrutant la liste des lauréats, la sous-représentation des femmes. Au sein de cette catégorie comme dans les autres, d'ailleurs ! Elles ne sont que 5, face à un contingent de 178 hommes. Il faut attendre 1911 pour voir l'une d'elles décrocher enfin un Nobel dans ce domaine. Après son Nobel en physique, obtenu huit ans plus tôt, Marie Curie récidive, cette fois-ci en chimie. Le prix lui est décerné "pour sa découverte des éléments radium et polonium", ainsi que "pour avoir isolé le radium et étudié la nature et les composés de cet élément remarquable", peut-on lire sur sa fiche de présentation qui lui est dédiée sur le site de l'Académie des Nobel.

La grande majorité des Nobel sont des hommes. Mais quel âge en moyenne ont-ils au moment où ils reçoivent leur prix ? 59 ans toutes catégories comprises, nous dit l’Académie royale des sciences de Suède sur son site internet. Rien de bien surprenant. D'autant plus que cette distinction vient le plus souvent récompenser une carrière plus qu'une découverte. Il est toutefois très variable en fonction des domaines : les physiciens, en particulier, ainsi que les chimistes, puis les médecins, sont plus jeunes, tandis que femmes et hommes de lettres, ainsi les lauréats au prix Nobel de la paix sont généralement plus âgés. 

De fait, le plus jeune chimiste récompensé est un Français.  Frédéric Joliot avait 35 ans lorsqu'il s'est vu décerner le prix en 1935, aux côtés de son épouse, Irène Joliot-Curie, pour "leur découverte de la radioactivité artificielle". En recevant son prix cette année à plus de 97 ans, John Goodenough devient pour sa part le "nobelisé" le plus vieux, toutes catégories confondues ! 

Lire aussi

L'anecdote pour briller à la machine à café

A huit reprises (en 1916, 1917, 1919, 1924, 1933, 1940, 1941 et 1942), aucun prix Nobel de chimie n'a été décerné. Pourquoi précisément ces années-là ? Dans les statuts de la Fondation Nobel, il est mentionné de manière explicite qui si aucune des œuvres considérées n’atteint l'importance indiquée au premier paragraphe ("apporter le plus grand bénéfice à l’humanité"), le prix en argent sera réservé jusqu’à l’année suivante. Si, même dans ce cas, le prix ne peut pas être attribué, le montant sera ajouté aux fonds de réserve de la Fondation. Par ailleurs, au cours des deux guerres mondiales (entre 1914 et 1918, puis, entre 1939 et 1945), une partie des prix Nobel n'ont pas été attribués.

Lire et commenter