Retour de Tiangong-1 sur Terre : la station chinoise "globalement détruite" lors de sa rentrée atmosphérique

DirectLCI
PALAIS CÉLESTE – Dans la nuit de dimanche à lundi, la station spatiale Tiangong-1 est rentrée dans l’atmosphère terrestre au-dessus du Pacifique Sud. Elle s’est quasiment entièrement désintégrée.

Une pluie de débris semblables à des météorites qui se dirigent sur notre bonne vieille Terre. Comme l’avaient annoncé les experts, la station Tiangong-1 a pénétré dans notre atmosphère à 2h15 (heure française) au niveau du Pacifique Sud, selon "Chine nouvelle", l’agence de presse officielle du gouvernement chinois. Le module a presque entièrement fondu en raison de l'échauffement thermique causé par la rentrée atmosphérique. "La plupart des équipements ont été détruits", a souligné le bureau chinois chargé de la conception des vols spatiaux habités (CMSEO) dans un communiqué. 


De son côté, la 18e escadrille de contrôle spatial de l'armée de l'air américaine a confirmé ces informations, précisant avoir donné son aval pour le retour sur Terre de la station, en accord avec ses homologues en Australie, au Canada, en France, en Allemagne, en Italie, au Japon, en Corée du Sud et au Royaume-Uni.

En 2016, Pékin avait suscité un léger vent de panique après avoir (maladroitement) déclaré avoir perdu le contrôle de Tiangong-1. D’aucuns avaient rapidement anticipé le pire, imaginant la station s’écraser sur leur tête. Pourtant, comme l’a souligné récemment dans nos colonnes Christophe Bonnal du Cnes, la probabilité que les résidus du module attentent à la vie des Terriens est très faible. 


Propulsée en 2011, la station Tiangong-1 matérialisait à l’époque l’objectif de la Chine, laquelle souhaitait à tout prix partir à l’assaut de l’espace. Depuis, elle a beaucoup progressé en la matière, prévoyant même le déploiement d’une station spatiale de grande envergure à l’horizon 2022.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter