Retour sur terre, le jour J : comment va se passer l'atterrissage de Thomas Pesquet ?

RECONSTITUTION 3D - Après avoir passé près de 200 jours dans l'espace, l'astronaute français Thomas Pesquet quitte ce vendredi la Station spatiale internationale, direction la Terre. Un voyage de plus de trois heures pour atterrir au Kazakhstan. Quelles sont les étapes de ce retour sur terre ? On vous explique tout.

L'astronaute européen et son collègue russe Oleg Novitski, équipés d'un scaphandre, prendront place dans un vaisseau Soyouz qui se désamarrera vers 10h50 GMT (12h50 heure de Paris) de l'ISS. Le Soyouz va ensuite amorcer un freinage et quitter son orbite pour entamer la descente avec un angle bien précis.  Trente minutes avant l'atterrissage, le vaisseau va se scinder en trois parties et une capsule va se détacher, dans laquelle se trouvent Thomas Pesquet et Oleg Novitski. 


Cette capsule va continuer seule le retour vers la Terre, mais au contact des particules, des flammes pourraient se former, faisant monter dangereusement la température (jusqu'à 2000 degrés). A l'intérieur, les deux astronautes sont heureusement protégés par un bouclier thermique. 

Un atterrissage particulièrement éprouvant

Lorsque la capsule arrivera au-dessus des nuages, un parachute sera déployé pour freiner l'appareil. Un freinage violent qui va provoquer de fortes secousses, les astronautes parlent d'ailleurs d'une sensation similaire à celle d'un lave-linge en plein essorage. A 70 centimètres du sol, des fusées de rétrofreinage vont s'allumer pour amortir l'impact. Mais l'atterrissage reste très violent pour les astronautes et il leur faudra plusieurs heures voire plusieurs jours pour se remettre. 

Oleg Novitski et Thomas Pesquet atterriront vers 14h09 GMT (16h09 heure de Paris). Quelques heures après, Thomas Pesquet s'envolera pour Cologne en Allemagne où se trouve le Centre européen des astronautes. Il passera sa première nuit dans un laboratoire de la ville où l'équipe médicale de l'ESA surveillera sa réadaptation à la gravité après ce semestre passé en apesanteur.

 

"La mission de Thomas sera loin d'être terminée", souligne Stéphane Ghiste, de l'ESA, en charge des opérations de retour de l'astronaute du Kazakhstan à Cologne. "Thomas va être soumis à une batterie de  tests et d'examens médicaux", dit-il. Le but est de comparer les données médicales et physiologiques recueillies avant, pendant et après le vol de l'astronaute.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Thomas Pesquet dans l'espace

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter